Activités MouvementLe Ligueur du Mouvement

Familiariser le public Alpha/FLE à la vie (dé)confinée

On ne présente plus le travail du projet Agora/FLE que la Ligue des familles organise à La Louvière, Bruxelles et Liège. Celui-ci s’adresse à toute personne, belge ou non, qui rencontre des difficultés en français. Mais il ne s’arrête pas à cette formation puisque ses missions incluent également une sensibilisation à la citoyenneté dans le cadre du parcours d’intégration voulu par les Régions. L’un comme l’autre sont plus indispensables que jamais en période de crise, qu’elle soit sanitaire ou autre.

Très rapidement, une fois le confinement annoncé lors de la conférence de presse de la Première Ministre le 13 mars, nos formateurs et formatrices en FLE ont pris conscience de la nécessité de maintenir le lien avec leurs apprenant.e.s. « Ceux-ci comprennent difficilement les informations communiquées dans les médias, souvent les annonces sont trop rapides pour eux, ou bien ils écoutent les chaînes de leur pays d’origine où les mesures prises sont différentes de chez nous, explique Josseline Tomsin, formatrice à Liège. Malgré l’interdiction de nous rassembler, il est apparu important de garder le contact et de les informer car, enfermés chez eux et sans informations, il y en a qui étaient terrorisés, perdus. Dans certaines familles logeant en appartements, des gamins n’étaient plus sortis depuis le 13 mars ! »

Confinement et déconfinement au programme

Pour maintenir du lien, l’outil principal a bien sûr été internet, même si celui-ci n’est pas idéal. « Nous avons diffusé des vidéos sur Zoom, mais seuls ceux qui ont été bien scolarisés dans leur pays d’origine peuvent apprendre à l’utiliser rapidement. Pour les autres, nous avons essayé de leur apprendre à créer une adresse, à ouvrir un mail, à faire une réservation en ligne, etc. Et je me suis rendue compte que, l’an prochain, il faudra mettre l’outil informatique au programme de nos ateliers. Quant à WhatsApp que nous utilisions déjà avant, il nous a permis de garder le contact, ce que nous avons fait en envoyant un message chaque jour. » Aussi, les formatrices ont-elles veillé à garder un univers familier à leurs groupes en utilisant des fiches-outils et des fiches-vocabulaire comme en formation, mais en les adaptant à la réalité sanitaire du moment. Ensuite, la vidéo a permis de rester le plus concret possible et de passer le plus possible par l’oral plutôt que par l’écrit. Un canal oral bien évidemment adapté à des personnes dont les facilités de compréhension ne sont pas les mêmes que celles de Monsieur et Madame Tout le monde. Une vidéo montre ainsi les formatrices, Josseline Tomsin et Bénédicte Moyersoen, faire du lèche-vitrine au centre commercial Médiacité à Liège pour expliquer toutes les nouvelles règles que les visiteurs doivent respecter. C’est clair, rassurant et concret, propre au vécu quotidien des familles qu’elles côtoient habituellement dans leurs formations. Au programme d’autres séquences, citons notamment la fabrication-maison d’un masque, l’ouverture d’un salon de coiffure, la réouverture d’une aire de jeux ou d’un musée, etc. Même si rien ne remplacera vraiment les contacts directs.