Activités MouvementLe Ligueur du Mouvement

La Louvière en lutte contre la pauvreté

En ce temps de drame sanitaire et de confinement, la solidarité s’organise à plusieurs niveaux, local principalement. Solidarité à travers des actions concrètes ET solidarité à travers une mobilisation politique afin que des mesures structurelles permettent à des publics toujours plus en danger en temps de crise de sortir de leur invisibilité.

En lien avec la banque alimentaire Les Petits Paniers du Cœur à Trivières et la Plateforme de lutte contre la pauvreté de la région du centre, plusieurs associations se sont regroupées pour entrer en action (Lire et Ecrire Centre Mons-Borinage ; Ciep Hainaut-Centre ; Ce.R.A.I.C. ; Vie Féminine Centr’Hainaut ; CSC Mons-La Louvière ; CNCD 11.11.11 asbl ; Picardie Laïque La Louvière ; ASBL Article 27 Région du Centre ; GSARA La Louvière ;  

MOC Hainaut-Centre ; Marche des Migrant-e-s et Association de Défense des Allocataires Sociaux et, bien sûr, la Ligue des familles, membre de la Plateforme depuis deux ans). Pour la Ligue des familles, l’objectif est de proposer à ses publics concernés, ceux des formations en FLE (Français Langue Etrangère) ou ceux des ateliers organisés en partenariat avec le CPAS, un colis hebdomadaire avec deux repas chauds, de la farine, du café, des aliments divers, des produits d’hygiène, ainsi que la possibilité de recevoir des langes et du lait pour bébé… À ce jour, plus de cinquante familles ont reçu ces colis. « Cette mobilisation propose donc un soutien particulier en cette période de crise, un soutien de citoyen à citoyen, précise Maco Méo, chargée de projets à la Ligue qui représente l’association au sein de la Plateforme. Mais la Plateforme développe également tout un lobbying politique, d’associations à institutions. » 

Créer un précédent ? 

Au-delà d’une aide ponctuelle, l’objectif est cette fois d’obtenir des changements en profondeur pour que les familles précarisées, d’où qu’elles viennent, ne se retrouvent plus en situation de dangers et de demandes lors d’une prochaine catastrophe sanitaire. « Récemment, nous avons pu rencontrer Nicolas Godin, le président du CPAS de La Louvière, pour lui présenter les revendications de la Plateforme contre la pauvreté. Déjà sensibilisé aux questions de dignité humaine et aux luttes pour leur respect, il a proposé de les soumettre au Conseil communal d’une part, à la Communauté Urbaine du Centre (CUC) d’autre part, qui englobe les communes avoisinantes comme Le Roeulx, Manage, Binche, etc. » Alors que La Louvière a déjà signé la charte « Commune Hospitalière », l’objectif serait notamment de déposer une motion communale en faveur de la régularisation des sans-papiers. Ce qui représenterait un engagement fort. « Par ailleurs, nous aimerions obtenir une activation automatique des droits sociaux, comme une aide médicale urgente, une aide alimentaire… en faveur des publics précarisés. Ceux-ci peuvent bénéficier de certains droits mais encore faut-il qu’ils en soient informés, ce qui n’est pas toujours le cas, et qu’ils puissent faire les démarches pour les obtenir. Or, se déclarer précaire signifie souvent pour eux se mettre en danger. » Mais les membres de la Plateforme voudraient encore aller plus loin. « Nous militons, explique Maco Méo, pour la création d’un Fonds spécial du CPAS afin de permettre d’autres actions comme la gratuité des plaines de jeux, des interventions au niveau des fournitures énergétiques, etc. Ce qui serait un précédent ! » 

Michel TORREKENS