Activités MouvementLe Ligueur du Mouvement

Manhay : être une femme à la campagne

Résultat de son pluralisme et de l’écoute portée aux personnes rencontrées, la Ligue agit avec des publics diversifiés. En mars 2015, la Ligue des familles rencontre des habitants des villages de Manhay (Dochamps, Grandménil, Malempré, Odeigne et Vaux-Chavanne), en province du Luxembourg. Un constat, clair, tombe : les femmes en Ardenne sont très isolées les unes des autres.

Le manque de transports en commun empêche certaines de participer à des activités extérieures. La place de la femme en Ardenne (ou du moins dans la région de Manhay) reste assez particulière. La plupart du temps, la mère de famille est confinée à la maison car la famille ne possède qu’une voiture. La solitude pèse. Chaque village étant isolé, les habitants sont centrés sur eux-mêmes. Certaines des femmes témoignent être arrivées d’ailleurs, il y a des dizaines d’années, par amour, pour le travail ou par envie de retrouver la nature. Aujourd’hui encore, elles souffrent d’une étiquette « d’outsider » dont elles ont du mal à se défaire.

Oser vivre ensemble

Ce groupe de femmes souhaite sortir de cette mentalité de microcosme sous cloche et inviter les villageois à plus de solidarité et d’entraide. Le collectif décide de s’appeler « Oser vivre ensemble ». Par ce nom, il veut exister sur la place publique et se présenter comme une initiative citoyenne qui ose se démarquer en revendiquant une place pour la femme en milieu rural. Les habitantes qui, d’ordinaire, restent chez elles lors qu’elles sont en situation de chômage ou autre pour éviter le « quand dira-t-on », sont invitées à participer aux matinées proposées par le groupe. Le projet devient celui des « Matins Magiques Manhay ». Deux jeudis par mois, le groupe propose, en alternance, un Bébé-rencontre et un atelier thématique dont le sujet est choisi par les participantes. Le Bébé-rencontre permet à des mamans de sortir de leur isolement mais également la rencontre avec des familles du centre de demandeurs d’asile de Manhay. Chacune peut échanger sur son quotidien et prendre ainsi conscience de la réalité d’autrui. L’atelier, lui, permet de poser un regard critique sur la société. Leurs réflexions sur le système politique, économique et sociétal dans lequel nous vivons les ont poussées à rencontrer des acteurs de terrain : ceux de l’ASBL « Vert pomme », des citoyens qui changent le monde en investissant un petit lopin de terre. Elles se revendiquent de plus en plus comme citoyennes et non plus comme simples épouses et mères d’Ardennais.

On est toutes des japonaises

Leur envie de le clamer haut et fort aux habitants des villages de Manhay se concrétise depuis à travers une représentation théâtrale qu’elles sont en train de monter en collaboration avec la compagnie de théâtre-action : « Théâtre des Travaux et des Jours ». Objectif : finaliser de premières ébauches à l’automne 2016 pour aboutir à une quinzaine de représentations à partir de mars 2017, à Manhay mais également dans d’autres territoires ruraux. Un spectacle tout terrain et tout public, empreint d’humour et de tendresse, dont le titre provisoire est : « On est toutes des Japonaises ».

Pour conclure, laissons-leur la parole : « Parfois, il faut apprendre à être regardé bizarrement, sentir le poids de la différence que l’on vous attribue. Cette part d'invisibilité occulte parfois des difficultés relationnelles, des problèmes de santé, de dépendance, de parentalité ... C’est sur ce premier constat que nous, sept femmes, avons décidé de nous réunir, pour parler, partager, prendre conscience,… Ensuite est née l’envie de dire, de faire connaître et d’affirmer nos visions du réel. »

Michel Torrekens