Activités MouvementLe Ligueur du Mouvement

Walcourt : une information sur mesure

Si les animatrices du relais local de Walcourt ont voulu continuer à donner du rêve aux jeunes lecteurs et lectrices en publiant des histoires lues (voir l’article sur la Bibli aux rêves page 3), elles ont également privilégié une information locale et de terrain.

C’est ainsi que le groupe partage quotidiennement des recettes de cuisine, ou encore celle du macérat huileux de pâquerettes dont est particulièrement fière la responsable du relais, Nadine Vaisière, des activités variées pour enfants comme pour adultes : bricolage, produits de ménage écologiques, sorties encore possibles, des vidéos de Ouftivi, des postes de 100%rural, sans oublier, insiste Nadine, « les articles du Ligueur et les actions menées par la Ligue, notamment en vue d’obtenir un congé parental spécial coronavirus.

Vaincre le "coronaminus"  

« Les parents n’ont pas tous les mêmes facilités, continue Nadine Vaisière. Gérer les enfants, le travail, la cuisine, enfermé dans un appartement alors qu’il a fait chaud en plein confinement, affronter tant d’interdictions également, tout cela est compliqué. Tant de gens sont isolés. C’est pour cela que je suis à la Ligue des familles : cela me fait grand plaisir de créer du lien, d’apporter des idées, de redécouvrir la joie d’être ensemble, de miser sur la créativité. J’espère également que cette crise va nous apprendre à respecter davantage ce qui nous entoure et que le relais pourra y contribuer. Notre page Facebook relaie les actions de la Ligue des familles, parce que je trouve important que nous restions connectés les uns aux autres. C’est par le vivre ensemble, l’apprendre ensemble que nous vaincrons le coronaminus, comme je l’appelle ! » Le groupe publie également des informations communales utiles pour les parents. Bref une page Facebook diversifiée, utile pour affronter une période de confinement. Mais pas uniquement : « Je trouverais ça intéressant que les relais développent une page Facebook avec des outils pour les parents, comme celle du Ligueur, mais avec des infos spécifiques à leur région », espère Daniel Cluyse, le chargé de projets qui travaille sur la zone de Walcourt. Il en mesure néanmoins aussi les limites : « En général, le problème des activités Facebook est qu’on exclut une partie du public : ceux qui n’ont pas internet, n’ont pas les logiciels comme Teams ou Zoom pour organiser des réunions virtuelles comme c’est souvent le cas en ce moment, ceux qui ne sont pas fans des technologies, qui ne sont pas à l’aise pour parler ou participer à une réunion en ligne. Jusqu’à présent, quand j’ai proposé des réunions en ligne à des volontaires, ils ne voulaient pas. On va devoir retourner sur le terrain et j’en suis ravi car c’est ce que les chargés d’EP aiment faire pour avoir une vraie rencontre, un vrai dialogue… »   

Michel TORREKENS