Activités MouvementLe Ligueur du Mouvement

Wallonie-Bruxelles : La naissance, un enjeu politique

La grossesse et l’accouchement confrontent bien des femmes et des hommes à l’institution hospitalière. Césariennes planifiées, informations réduites, jargon incompréhensible, voire infantilisation de la future mère: des questions  parfois dérangeantes entourent la naissance. Les maternités, des usines à naissance?

Mundo N à Namur, un soir de septembre, dans la grande salle de réunion. Plus de trente personnes se sont rassemblées pour parler… naissance.

Ligue des femmes?

Un jeune garçon qui se destine au métier de sage-femme mis à part, je suis... le seul homme présent! Ce soir-là, la Ligue semble plus être la Ligue des… femmes que la Ligue des familles! Beaucoup de participantes sont de jeunes femmes. Pas mal d’entre elles suivent une formation d’infirmière ou de sage-femme ou de… doula. Pendant trois heures, ces femmes vont aborder la parentalité, la grossesse, la naissance , la périnatalité dans leurs aspects les plus divers, les plus intimes, à la fois corporels, relationnels, émotionnels,  psychologiques, culturels. Leurs paroles seront intenses et au cœur même de la vie: la sexualité, les manières de mettre au monde, les peurs, la place du conjoint, des amies, de la famille, des professionnels, les souffrances physiques, la solitude éventuelle, les tabous, etc. Bien que père de deux enfants et impliqué, me semble-t-il, dans ce qui fut leur naissance, j’ai l’impression de découvrir tout un continent.

Un débat de société

Les questions autour de la naissance vont cependant bien au-delà du vécu des pères et des mères. Elles soulèvent aussi des enjeux politiques, économiques, éthiques, comme la prévention des interventions médicales non justifiées, la planification des naissances pour le confort organisationnel de l’institution hospitalière, la hiérarchie hommes-femmes dans les métiers qui entourent l’accouchement, les liens entre économie et santé publique.

Un vrai projet de naissance

L’invitation a été lancée par la Ligue des familles, comme membre de la Plate-forme pour une naissance respectée. Cette soirée a été précédée d’une série d’autres à Liège, Louvain-la-Neuve, Marche, Bruxelles qui ont rassemblé plus de 300 personnes, des parents mais aussi divers professionnels de la naissance (et ils sont plus diversifiés que je n’imaginais!) « L’objectif, explique Florence, l’une des bénévoles de la Plateforme, est de collecter l’avis du public, des usagers, des futures mères, aller chercher les idées et les informations auprès de tout le monde pour les mettre en réseau. Car l’information sur la naissance devrait intégrer la culture générale, en particulier avant une première naissance, afin que chacun et chacune puissent s’inscrire dans un vrai projet de naissance. » Afin qu’hommes et surtout femmes deviennent acteurs à part entière de cette naissance.

Pour la Plateforme, il est important de dépasser une approche corporatiste de ces réalités et d’en faire un vrai débat de société. Face aux informations fausses véhiculées par les médias, plusieurs participantes ont émis le souhait de créer une grande campagne d’infos, sans tabou, sans peur, et qui partirait du vécu des femmes. Un livre sur les différents lieux où accoucher et les différentes formes d’accouchement répondrait aussi à bien des attentes.  Elles ont également prôné les maternités à taille humaine plutôt que les usines à naissance.

 Michel Torrekens