Le droit d’avoir du temps

1 avril 2010


Aujourd’hui, les sphères professionnelle et familiale sont sujettes à de profondes mutations : travail plus intense et dense, horaires de plus en plus flexibles, multiplication des foyers biactifs et monoparentaux, vieillissement de la population…

Face à ces transformations, notre modèle de sécurité sociale peine à s’adapter. Il ne permet que très partiellement la conciliation des temps de vie : vie personnelle, vie sociale, vie parentale, vie professionnelle. Encore largement taillé sur un modèle de ménage où le mari travaille et l’épouse s’occupe de la vie du foyer, notre système doit évoluer vers un soutien au modèle « cumulatif » (cumul des activités parentale et professionnelle) afin de mieux répondre tant aux besoins et aux aspirations des personnes, de l’égalité entre les hommes et les femmes, que du bien-être des enfants.

Face à ces constats, nos revendications :

  • Un système simplifié regroupant tous les dispositifs liés à la parentalité : un réaménagement des différents congés thématiques au sein d’une branche assurance parentalité de la sécurité sociale, la création d’un capital temps à revenu garanti et la prise en compte du problème des soins aux parents âgés.
  • Des politiques d’accueil extrascolaire et d’accueil de la petite enfance ambitieuses. Un dispositif accessible à tous.
  • Un système décidé et financé collectivement dans le cadre de la sécurité sociale : il faut réaffirmer la nécessité d’un système reposant sur une logique de solidarité et d’égalité.
  • Un droit et un devoir qui s’appliquent à tous, hommes et femmes. Rendre compatibles vies familiale et professionnelle, c’est aussi respecter l’égalité des droits et l’égalité de résultat entre hommes et femmes.
  • Une flexibilité dans les choix d’application individuelle. Assurer une liberté de choix, permettant de répondre aux situations particulières des parents.

 

a

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger