En route pour une société de la conciliation : des propositions de la Ligue des familles

6 octobre 2015


Le contexte

Les parents manquent de temps

Notre société s’est largement transformée depuis la fin des années 1990. Tout va toujours plus vite et nous courons après le temps. Les parents n’ont plus les moyens de concilier correctement vie personnelle et vie professionnelle. Par ailleurs, les femmes portent encore le poids des tâches familiales. Elles assument des doubles journées et n’ont pas toujours le temps pour des activités annexes (culture, sport, loisir…). Toutes ces contraintes génèrent du stress et ont des impacts sur l’ensemble des dimensions de la vie : santé, vie sociale et culturelle, vie de couple, bien-être de l’enfant, etc.

Des dispositifs encore peu efficaces

La Belgique possède des dispositifs qui permettent en théorie de mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle. En pratique, des progrès énormes restent à faire pour améliorer la situation. Le congé parental est utilisé en majorité par les femmes et les hommes peinent à prendre un congé de paternité. Au niveau de l’accueil de l’enfance, la situation de pénurie et le coût de l’accueil rendent l’accès à une structure collective ou familiale très difficile. Enfin, les entreprises ne jouent pas toujours le jeu pour faciliter l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale des parents.

Une économie ou une société de la conciliation ?

Dans une récente publication sur la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle, la COFACE, proposait de développer une économie de la conciliation sur le modèle de l’économie verte. Nous pensons que le terme économie de la conciliation n’est pas assez explicite et nous lui préférons le terme de société de la conciliation. Il s’agit d’une transformation globale qui doit prendre en compte les aspects économiques, politiques et sociaux d’une société. On pourrait comparer cela avec le développement durable. Il s’agit de créer des ponts entre les différentes sphères et thématiques qui ont un impact sur l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle.

Des perspectives

Des politiques family friendly

Pour développer cette société de la conciliation, il faut que les pouvoirs publics prennent à bras le corps ce grand défi. Les décideurs politiques ont les moyens de faire bouger les lignes et d’inciter les entreprises à jouer le jeu pleinement. L’égalité ne se proclame pas, elle doit se faire concrètement. Les congés doivent être plus en phase avec l’évolution sociale, la qualité et l’accès de l’accueil de l’enfance doivent être améliorés et les parents-travailleur doivent profiter d’une flexibilité dans l’organisation du travail qui leur garantit une sécurité d’emploi (via des négociations collectives).

2016 : grande année européenne de la conciliation vie familiale-vie professionnelle ?

La Commission européenne, après avoir enterré la directive sur le congé de maternité, a décidé de lancer une feuille de route pour la conciliation. Il s’agit de développer des mesures législatives mais également incitatives pour améliorer l’articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle. La Ligue des familles ne manquera pas d’interpeller les politiques belges et européens pour que les attentes des parents soient prises en compte.

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger