Pour un accès aux études supérieures plus juste et inclusif

21 février 2017


Résumé

En février 2016, la Ligue des familles s’est jointe à la Fédération des Etudiants Francophones (FEF) et aux fédérations wallonne et bruxelloise CPAS pour interpeller la Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, sur la situation des étudiants boursiers. Cette démarche s’inscrivait dans un double objectif.

  • Alerter sur laprécarisation croissante des étudiants issus de familles à revenus modeste, dans un contexte d’augmentation des coûts et d’allongement des cursus de l’enseignement supérieur (Décret Paysage). Une précarisation qui a pour effet une hausse du nombre d’étudiants émargeant au CPAS.
  • Porter la revendication d’une modernisation du système des allocations d’études pour rencontrer les besoins des étudiants et de leurs parents, dans ce nouveau paysage de l’enseignement supérieur. Les recommandations portaient sur la suppression du critère de réussite académique dans les conditions d’octroi, sur l’accroissement des montants forfaitaires des allocations d’études et enfin, sur une meilleure prise en compte des missions de chaque acteur de l’aide aux étudiants.

Suite à la remise des recommandations précitées, le Ministre Marcourt a entrepris la réforme du système d’allocations d’études. Cette réforme est entrée en vigueur le 19 octobre 2016. Elle abroge la condition de réussite académique pour percevoir l’allocation d’études. C’est une avancée ! Cependant, différents critères de cette réforme créent de nouvelles difficultés pour les étudiants dans l’ouverture du droit à l’allocation d’études :

  • fixation de seuils minimaux de revenus ;
  • globalisation des revenus du ménage ;
  • non prise en compte des situations familiales particulières (famille dont un des enfants est en situation de handicap, familles monoparentales, recomposées) ;
  • mauvaise prise en compte des situations de colocation étudiantes ;
  • intervention dans les frais de mobilité peu adaptée.

En cette année académique 2016-2017, l’accès aux études supérieures est toujours menacé pour les étudiants issus de familles à revenus modestes. La présente analyse dresse l’état des lieux des points problématiques de la réforme des allocations d’études pour les étudiants et les parents. Repartant de ceux-ci, elle émet des demandes et propositions pour construire un accès juste et inclusif aux études supérieures.

François Bertrand, sous la direction de Delphine Chabbert

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger