Vers de nouveaux rythmes scolaires

11 septembre 2019


Depuis l’université d’été de la Ligue en 2014 et le Pacte, quelles avancées ?

Résumé

Depuis la Commission des rythmes scolaires du début des années 90, jusqu’à l’actuel Pacte pour un enseignement d’excellence, en passant par la proposition débattue lors de l’Université de printemps 2014 de la Ligue des familles, de nombreux acteur·rice·s débattent et prennent position sur la possibilité d’une réforme des rythmes scolaires.

De nombreux acteur·rice·s et expert·e·s, en ce compris la Ligue des familles, dressent le constat qu’actuellement le rythme de l’école (tant sur la journée que sur l’année) ne correspond pas au rythme biologique de l’enfant, ni au rythme de vie (socioéconomique) des parents.

De fait, ni les besoins de temps de sommeil, les variations journalières de la vigilance et de l’activité intellectuelle et les périodes de faible résistance ne sont pas prisent en compte dans l’organisation du temps scolaire. La journée scolaire est mal équilibrée. Pour les élèves de l’école primaire, les capacités pour comprendre et apprendre sont évaluées à plus ou moins 4h30 par jour. Pendant ce temps, leur cerveau se maintient en état d’alerte par rapport aux stimulations de l’environnement et l'apprentissage est efficace. Ce temps doit être utilisé au mieux, au jour le jour, chaque semaine et tout au long de l’année scolaire. Plus que la quantité des heures d’enseignement, c’est la qualité qui importe en matière d’apprentissage. L’externalisation des devoirs vers la sphère familiale reste un vecteur important d’inégalité scolaire.

Du côté des parents, l’évolution du monde économique les fait courir de plus en plus et les enfants courent derrière avec difficultés. La modification des rythmes scolaires peut également être une opportunité pour leur simplifier la vie.

La Ligue des familles plaide donc pour une année scolaire structurée selon le modèle « 7/2 » et une journée scolaire plus longue et mieux équilibrée et intégrée.

Depuis que la Ligue des familles a créé le débat autour de cette question lors de son Université de Printemps 2014, du chemin a été parcouru grâce au Pacte pour un enseignement d’excellence. En effet, l’inscription des préoccupations de la Ligue des familles au sein de l’avis n°3 et le démarrage de la mise en œuvre de ces mesures sont de vraies victoires pour l’amélioration de l’école et de son caractère égalitaire. Hélas, la Ligue des familles est déçue des priorités choisies pour la phase de démarrage des travaux de mise en œuvre ainsi que par l’absence de calendrier de mise en œuvre de ces mesures. En commençant par les rythmes annuels et pas par les rythmes journaliers, on fait le choix de commencer par le plus facile, mais aussi par le moins utile. De fait, l’avis n°3 le rappelle, « l’impact d’une réforme de la journée scolaire sur l’équité et l’efficacité du système est supérieur à celui d’une réforme de l’année scolaire ».  De plus, à la suite des tables rondes et de l’enquête réalisée sur le sujet, aucune décision politique n’a été prise, aucun calendrier de mise en œuvre n’a vu le jour. On ne peut donc qu’être déçu et faire le rappel d’une triste réalité : notre enseignement obligatoire fait partie des plus inégalitaires du monde. Alors, comme les familles et leurs enfants méritent et veulent mieux que des petits pas, la Ligue des familles rappelle l’ambition du Pacte : transformer, révolutionner l’école. « La révolution, c’est comme une bicyclette, lorsqu’elle n’avance pas, elle tombe. »

Maxime Michiels

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger