Analyse de la déclaration de politique régionale et communautaire bruxelloise 2019-2024

29 octobre 2019


Quels enjeux pour les familles ?

Dans cette analyse, la Ligue des familles passe à travers le prisme des enjeux et des besoins actuels des familles la récente déclaration de politique générale commune au Gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale et au Collège réuni de la Commission communautaire commune. Loin d’être exhaustifs, nous nous concentrons sur les thématiques chères aux parents : logement, petite enfance, allocations familiales, enseignement, mobilité… et présentons, pour chacun de ces thèmes, les mesures qui impacteront positivement ou négativement les familles.

La Ligue des familles retient parmi les mesures les plus prometteuses :

  • L’amélioration du cadre de vie dans les quartiers via le développement de services, crèches, écoles, commerces de proximité,
  • La mise en place d’un nouveau plan de lutte contre la pauvreté avec des mesures pour lutter contre le non-recours, 
  • Un guichet unique pour l’accueil de la petite enfance,
  • Les engagements pris en faveur de la mobilité et de la sécurité des enfants,
  • Le souhait de voir créer un Fonds public de garanties locatives,
  • La lutte contre la précarité hydrique via la création d’un tarif social et d’un statut client·e protégé·e…

Et à l’inverse, la Ligue des familles et pointe du doigt :

  • L’absence de mesures concrètes pour les familles monoparentales,
  • Une solution de logement pour seulement 15.000 ménages sur liste d’attente d’un logement social,
  • L’absence de supplément d’allocations familiales pour les familles ayant un seul enfant et qui ont des revenus compris entre 31.000 et 45.000 euros,
  • Le silence sur les conditions pénibles de transport scolaire des enfants en situation de handicap,
  • L’absence de programmation de places d’accueil dans les quartiers où vivent majoritairement des familles monoparentales ou ayant des revenus faibles, 
  • L’absence d’automatisation de la réduction du précompte immobilier dès deux enfants à charge,
  • L’absence d’évaluation du nouveau modèle d’allocations familiales,
  • L’absence de mention du Fonds du logement Bruxellois comme opérateur de construction de logements.

Maxime Michiels, Amélie Hosdey-Radoux, Lola Galer, Damien Hachez et Alexandra Woelfle, chargé·e·s d'études - sous la responsabilité politique de Christophe Cocu

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger