L’accueil de l’enfance, une politique d’éducation

23 novembre 2015


Résumé

Dans son mémorandum 2014, la Ligue des familles déclinait en trois dimensions ses revendications pour l’accueil de la petite enfance : pour une offre couvrant 100% des besoins, accessible financièrement et de qualité. Nous y plaidions pour une augmentation de l’investissement public, pour faire de l’accueil un véritable droit de l’enfant.

Ces revendications, la Ligue des familles ne les fondent pas sur le simple constat que les places manquent pour répondre à la demande des parents mais également sur la conviction qu’une politique d’accueil de l’enfance ambitieuse recèle une haute valeur ajoutée sociale, au même titre que l’enseignement obligatoire.

Dans le même temps, l’accès pour tous les enfants à un milieu d’accueil de qualité est un outil efficace de lutte contre la pauvreté et plus encore, de lutte contre la reproduction des inégalités de génération en génération.

Ce constat fait l’objet d’un consensus de plus en plus large chez les chercheurs et les acteurs du secteur. A l’inverse, les responsables politiques semblent tarder à prendre conscience de l’importance d’investir massivement dans la petite enfance et restent concentrés sur la fonction de garde de l’accueil dont l’objectif est d’abord de permettre aux parents de travailler.

Politiques éducatives : renverser les perspectives

Le résultat de la recherche de ces trente dernières années démontre l’importance d’un accueil de qualité pour  la petite enfance, au-delà de sa stricte fonction économique « de garde ». Il est aujourd’hui avéré que la fréquentation d’un milieu d’accueil contribue au développement des compétences cognitives et « sociales » du jeune enfant.

Plus important encore, les mêmes recherches démontrent que les bénéfices éducatifs de l’accueil de la petite enfance conservent leurs effets à long terme et influencent de manière décisive la suite du parcours éducatif de l’enfant.

Adoptant un langage d’économiste, nous pouvons dire que l’accueil de l’enfance est un outil décisif pour favoriser le développement du capital humain de la société.

Le politique tarde à prendre en considération le résultat de ces recherches. L’investissement dans l’éducation est encore aujourd’hui croissant suivant l’âge de l’enfant. La situation de pénurie de places ou encore la faiblesse de la formation initiale des professionnels de l’accueil en témoignent.

Cette analyse propose un tableau synthétique des résultats des dernières recherches sur l’investissement dans les politiques éducatives. Une mise en perspective avec la situation actuelle du secteur en Fédération Wallonie-Bruxelles montre qu’il faudrait inverser l’investissement dans les politiques éducatives, actuellement renforcées vers l’enseignement supérieur plutôt que pour les jeunes enfants.

 

 

Sommaire

  1. Pour un accueil accessible, disponible et de qualité
  2. Accueil de l’enfance et soutien à l’emploi
  3. L’impact de l’accueil sur le développement des jeunes enfants
  4. Conclusions : pour un renversement des perspectives

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger