Non à la suppression de l'allocation de rentrée scolaire

27 mars 2013


Parmi les pistes d’économie envisagées par le gouvernement réuni en conclave budgétaire figure la suppression de la « prime de rentrée scolaire » (ou supplément d’âge annuel). Une prime qui est aujourd’hui partie intégrante du système d’allocations familiales, et donc à charge de la sécurité sociale.

 

Cette prime de rentrée scolaire, dont le montant varie entre 27,60 € et 110,42 € en fonction l’âge de l’enfant, est versée au parent en même temps que l’allocation familiale du mois d’août.

 

La Ligue des familles s’oppose énergiquement à sa suppression. Nous refusons de voir la râpe à fromage de l’austérité amputer le pouvoir d’achat des parents.

 

Les enquêtes successives de la Ligue des familles ont démontré que les allocations familiales constituent un revenu crucial pour les parents, et en particulier pour les plus faibles revenus.

 

En outre, alors que s’annonce un transfert risqué des allocations familiales aux Communautés, dont les conséquences au plan budgétaire sont difficilement mesurables, il nous semble d’autant plus irresponsable de grever les moyens d’un pan essentiel de la politique de soutien à la parentalité.

 

La Ligue des familles réclame au contraire une véritable politique de relance qui soutienne les parents dans leurs fonctions sociale et éducative.

 

En matière d’allocations familiales, plutôt que l’austérité aveugle, nous demandons que s’ouvre une réflexion de fond sur les objectifs et les modalités de la politique actuelle, pour un système plus juste et adapté aux réalités sociales et familiales d’aujourd’hui.

 

Delphine Chabbert,
directrice du service Etudes de la Ligue des familles