La Ligue des familles s’oppose à la suppression des allocations de rentrée

28 juin 2013


La Ligue des familles s’oppose énergiquement à la suppression des allocations de rentrée. La proposition du gouvernement de moduler cette prime en fonction des revenus des parents est tout aussi inacceptable. Les allocations familiales (avec les suppléments qui y sont liés) doivent être considérées comme un droit de l’enfant. La Ligue des familles s’était déjà opposée à la suppression de ces allocations de rentrée lors du premier ajustement budgétaire de 2013.

 

La Ligue des familles réclame une politique qui soutienne les parents dans leurs fonctions sociale et éducative. Le prochain transfert des allocations familiales aux Communautés, dont les conséquences au plan budgétaire sont difficilement mesurables, est l’occasion de développer une politique ambitieuse de soutien à la parentalité. A ce sujet, les propositions de la Ligue des familles sont consultables sur www.lesallocsenmieux.be

 

Les allocations familiales sont un rempart contre la pauvreté. Les enquêtes successives de la Ligue des familles ont démontré que ces allocations familiales constituent une ressource financière indispensable pour les parents, et en particulier pour les plus faibles revenus. Selon notre enquête de 2011, pour 1 parent sur 8 ces allocations ne sont pas importantes, elles sont tout simplement cruciales.

 

La «prime de rentrée scolaire» (ou supplément d’âge annuel) fait partie intégrante du système d’allocations familiales. Son montant varie entre 27,60 € et 110,42 € en fonction l’âge de l’enfant. Elle est versée au parent en même temps que l’allocation familiale du mois d’août.

 

La Ligue des familles a aussi largement montré que la rentrée scolaire entrainait des dépenses importantes pour les parents. Un supplément d’allocations familiales a donc pleinement son sens, et ce, pour toutes les familles.

 

Regarder notre intervention sur la RTBF ce lundi 1er Juillet