Quand certaines écoles dérapent.

1 juillet 2015


En cette fin d’année scolaire, à l’heure de la réception des dernières données de son enquête annuelle sur les coûts scolaires, la Ligue des familles relève avec consternation la persistance de pratiques inacceptables dans certains établissements scolaires.

Recours à des sociétés de recouvrement, refus de remise des bulletins, noms des mauvais payeurs affichés aux valves… il est temps de mettre fin à la mise au ban des parents et des élèves. La Ligue des familles réclame la mise en place de la gratuité scolaire.

Pratiques vexatoires et pratiques illégales

L’actualité des trois écoles liégeoises poursuivant les mauvais payeurs, relayée dans la presse ces derniers jours, rappelle qu’argent et école font mauvais ménage. Ce lien est violent pour les parents et ruine la nécessaire relation de confiance entre enfant-parents-enseignant. Le recours à des sociétés de recouvrement stigmatise des parents et des enfants en difficultés financières. De plus, certaines écoles n’hésitent pas à commettre des infractions à la législation en refusant par exemple de remettre le bulletin aux enfants dont les parents n’ont pas payé les factures.

La Ligue des familles dénonce vigoureusement le non-respect de la législation décrétale en matière de frais scolaires. Elle rappelle, par ailleurs, qu’en aucun cas l’enfant ne doit être pénalisé dans sa scolarité et dans sa vie relationnelle à l’école pour des raisons d’argent. C’est une question élémentaire de Droits de l’enfant, tel que prévu dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée par la Belgique.

 

Gratuité scolaire, la Ligue des familles demande au gouvernement des mesures fortes

L’accès gratuit à l’école est inscrit dans la Constitution. Dans les faits, il n’en est rien. L’école coûte cher aux parents et les conséquences de cette non-gratuité sur les familles aux revenus modestes sont inacceptables.

 

La Ligue des familles demande au gouvernement, rapidement :   

  • un contrôle de l’application du cadre légal en matière de gratuité scolaire ;
  • des sanctions fortes à l’égard des établissements en infraction ;
  • une meilleure information des parents sur ce cadre légal ;
  • un paiement informatisé dans toutes les écoles pour protéger l'enfant et le sortir des transactions financières.

 

Dans le même temps, la Ligue des familles demande la mise en place d’une réelle stratégie pour atteindre la gratuité réelle de l’école, un agenda précis et une sensibilisation des acteurs de l’école sur la question de la gratuité.

A l’heure des grandes consultations autour du Pacte pour un enseignement d’excellence, la Ligue des familles insiste pour que la gratuité soit une priorité dans le projet de réforme de l’école de demain.