Congé de paternité pour les indépendants : il est temps d’avancer !

12 février 2019


Le congé de paternité pour les indépendants sera une nouvelle fois à l’ordre du jour de la Commission Economie cet après-midi à la Chambre. Alors que cette mesure est inscrite à l’agenda politique depuis des années, il semble enfin y avoir une majorité au Parlement pour la voter. Pour la Ligue des familles, il est grand temps d’avancer !

Les pères indépendants sont demandeurs… et les mères encore plus !

Alors que les pères salariés peuvent bénéficier de 10 jours de congé à la naissance de leur enfant depuis 2002, les jeunes papas indépendants n’ont, 15 ans plus tard, toujours droit à… rien. Pas un seul jour prévu pour accueillir leur nouveau-né, sauf à renoncer à toute rémunération.

L’enquête de la Ligue des familles consacrée aux pères indépendants en 2017 montrait ainsi que près de 2 pères sur 3 (64%) n’avaient pas pu interrompre leurs activités professionnelles lors de la naissance de leur enfant. Les pères interrogés étaient 86% à demander un congé de paternité (7% n’avaient pas d’avis et 7% y étaient défavorables). Les femmes étaient plus demandeuses encore de voir leur conjoint bénéficier de ce congé : 95% !

Une avancée majeure, mais il reste beaucoup à faire pour améliorer le congé de paternité

Si le texte est bien voté cet après-midi, il s’agira d’une avancée majeure pour les jeunes parents indépendants. Il reste toutefois beaucoup à faire pour améliorer les droits des pères en général – y compris ceux qui ne sont pas indépendants. Aujourd’hui, bien qu’ils y aient droit, de nombreux pères salariés ne prennent toujours pas leurs 10 jours de congé. Parce qu’ils ne savent pas toujours qu’ils peuvent en bénéficier, ou parce qu’ils n’osent pas les demander.

Pour la Ligue des familles, il est nécessaire que le congé de paternité des salariés devienne obligatoire : non pas pour faire peser une contrainte sur les pères, mais bien pour leur permettre, à tous, de prendre ce congé sans se mettre en difficulté professionnellement.

Il faut enfin oser aborder la question d’un congé de paternité de même durée que le congé de maternité. Le Baromètre des parents 2018 de la Ligue des familles montrait qu’une très forte majorité (60%) des pères étaient demandeurs d’un congé de paternité de 15 semaines, et que 12% seulement s’y opposaient. Aucun parti politique n’a encore pris position à ce sujet. Mais à quelques mois de la prochaine échéance électorale, la Ligue des familles espère que les partis feront montre d’ambition et reprendront cette forte demande des parents dans leurs programmes électoraux, au moins comme un objectif à atteindre à terme.