Allocations familiales en Wallonie : un modèle enfin communiqué

9 février 2017


Ce jeudi 9 février 2017, la Région wallonne a communiqué sur son futur modèle d’allocations familiales. Un modèle proche des revendications de la Ligue des familles qui, depuis 2011, défend un modèle d’allocations venant mieux en soutien à la parentalité et luttant contre la pauvreté infantile. La Ligue des familles analyse le modèle, qui sera effectif pour les enfants naissant à partir du 1er janvier 2019, et attire l’attention sur certains points.

Un montant de base de 155 €

Actuellement progressif et calculé en fonction du rang de l’enfant, le montant des allocations familiales de base wallonnes sera de 155 € par enfant jusqu’aux 18 ans de celui. De 18 à 24 ans, ce montant atteindra quant à lui 165 €. Pour la Ligue des familles la suppression des rangs est un message positif envers les familles. En effet, pour la Ligue des familles, les allocations familiales doivent soutenir les familles au moment où elles en ont le plus besoin et donc dès le premier enfant, quand les revenus du ménage sont souvent les plus bas. De plus, le montant de base proposé rejoint celui défendu par la Ligue des familles.

Des suppléments sociaux en fonction des revenus et des structures familiales

Dans le modèle existant, des suppléments d’allocations sont organisés en fonction de l’âge de l’enfant mais également du statut socioprofessionnel des parents. Des suppléments que la Ligue des familles a souhaité voir modifiés. La Ligue des familles a soutenu l’existence de suppléments sociaux non plus liés au statut socioprofessionnel des parents mais bien conditionnés à un seuil de revenus et en fonction de la taille de la famille. La Wallonie vient d’adopter un modèle qui octroiera à l’avenir différents suppléments en fonction :

  • De deux plafonds de revenus : pour les ménages ayant un revenu de moins de 30.000 € bruts par an ce supplément sera de 55 € par mois et pour les ménages ayant un revenu situé entre 30.000 et 50.000 € bruts par an le supplément sera de 25 €.
  • De la taille de la famille : les familles nombreuses (3 enfants et plus) dont les revenus ne dépassent pas 30.000 € bruts annuels recevront un supplément de 90 € par mois et par enfant (en plus des 55 €) et celles dont les revenus sont situées entre 30.000 et 50.000 € bruts par an bénéficierons de 45 € par mois (en plus des 25 €).
  • De la structure familiale : les familles monoparentales ne sont pas oubliées puisqu’elles percevront 20 € par mois et par enfant dans les ménages ayant des revenus de moins de 30.000 € bruts par an et 10 € par mois et par enfant pour celles dont les revenus se situent entre 30.000 et 50.000 € bruts annuels.

La Ligue des familles salue le fait que le Gouvernement wallon ait pris des mesures en faveur des familles les plus vulnérables. Ces suppléments participeront sans le moindre doute à soutenir la parentalité et la lutte contre la pauvreté infantile, deux priorités pour l’organisation.

Naissances, adoptions, orphelins et enfants atteints d’une affection

La Wallonie a décidé de ne pas modifier le montant des allocations majorées pour enfants atteints d’une affection. En ce qui concerne les enfants orphelins, les orphelins de père et de mère percevront une allocation majorée de 350 € mensuels. Les orphelins d’un seul parent auront quant à eux droit à un supplément de 50% de leur taux de base. Les primes de naissance et d’adoption seront, quant à elles, revues à la baisse pour le premier enfant né ou adopté. Actuellement de 1.247,58 €, cette prime passera à 1.100 €. Ce montant sera par contre plus important que l’actuel pour les naissances suivantes (938,66 €).

Un maintien de droits acquis 

Aucune réforme ne doit modifier les montants perçus aujourd’hui par les familles. La Wallonie l’a compris et a décidé que le nouveau système d’allocations familiales ne sera d’application que pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2019. Ces mesures n’auront donc aucun impact sur les familles actuelles.

Une augmentation importante du budget dont la Wallonie ne dit pas grand-chose

La Ligue des familles se questionne sur le financement de l’évolution du budget consacré aux allocations familiales. D’une estimation de 2,25 milliards d’€ de budget pour la première année de mise en œuvre du nouveau modèle d’allocations familiales, nous passerions à un budget de 3,55 milliards d’€ en 2043. Comment sera financé ce saut budgétaire ? Pour la Ligue des familles une chose est claire : ces coûts ne doivent en aucun cas être portés par les familles et mettre en péril la continuité de paiement des prestations sociales !

Des accords de coopération entre entités

La Ligue des familles insiste sur le fait que, pour garantir un transfert efficient et surtout la continuité des paiements, des accords entre les entités devront être mis en place rapidement concernant notamment le transfert du personnel, le contexte international, le cadastre et la centralisation des données, les échanges de données, les reprises des caisses et de FAMIFED, les modalités de transfert et la création d’un organe interrégional.

La Ligue des familles présente à différents niveaux

Depuis 2011, la Ligue des familles s’est emparée de la question du transfert des allocations familiales et des inquiétudes liées à celui-ci pour les familles. Gestionnaire des prestations familiales depuis de nombreuses années, nous suivrons de près le transfert de ces allocations auprès des différentes entités et serons actifs afin de défendre les intérêts des familles et relayer leurs préoccupations.