Allongement du congé de deuil : on n’y est pas encore, il est temps d’avancer !

9 février 2021


Une résolution allongeant à 10 jours le congé en cas de décès d’un enfant pour les fonctionnaires wallons a été votée hier. La Ligue des familles se réjouit de cette première avancée pour laquelle elle plaide depuis un an mais appelle à mettre maintenant les bouchées doubles : il est nécessaire que le Gouvernement wallon concrétise cet allongement et que les autres niveaux de pouvoir à prennent la même décision. La Ligue des familles appelle par ailleurs l’ensemble des responsables politiques à mettre en place une véritable politique de soutien aux familles endeuillées.

En février dernier, la Ligue des familles appelait, avec son homologue flamand le Gezinsbond et les trois syndicats, à un allongement du congé de deuil en cas de décès d’un enfant ou d’un conjoint. En Belgique, des parents qui perdent leur enfant n’ont droit qu’à trois petits jours de congé (quatre pour les fonctionnaires). Hier, la Commission Fonction publique du Parlement de Wallonie a voté une résolution allongeant ce congé à 10 jours pour les fonctionnaires wallons qui perdent un enfant. C’est un premier signal positif, mais il faut maintenant que le Gouvernement wallon concrétise cette décision pour qu’elle soit applicable aux fonctionnaires concernés.

3 jours, même pas le temps d’enterrer son enfant

Lors de son étude menée sur la question cet automne, des parents concernés signalaient à la Ligue des familles que 3 jours, ce n’était même pas le temps d’enterrer son enfant. De nombreux parents sont mis en arrêt maladie ensuite, ce qui pose trois problèmes : le deuil n’est pas reconnu en tant que tel, les parents doivent impérativement aller chez leur médecin à un moment où ils croulent déjà sous les démarches à effectuer, et enfin ils sont soumis à un contrôle de leur incapacité de travail.

Allonger le congé pour TOUS les parents concernés

Cette avancée à 10 jours est donc un strict minimum. La Ligue des familles appelle désormais les autres niveaux de pouvoir à avancer également en la matière – il est bien évident que le congé doit être allongé pour tous les parents concernés, quel que soit leur statut professionnel et le niveau de pouvoir dont ils relèvent. Il est également indispensable d’allonger de la même façon le congé de deuil en cas de décès d’un conjoint. La Ligue des familles souhaite en outre que les différents parlements entament des débats plus larges sur la question, avec des familles concernées et des experts, afin de déterminer une durée un peu plus adéquate – ce congé de 10 jours, encore bien insuffisant, n’étant qu’une première étape.

La Ligue des familles appelle à un dispositif complet de soutien aux familles endeuillées

Enfin, l’étude menée par la Ligue des familles cet automne montrait l’ampleur des besoins des familles confrontées au décès d’un enfant ou d’un des parents : problèmes financiers, insuffisance du soutien psychologique, lourdes démarches administratives, absence de dispositif permettant un retour au travail dans de bonnes conditions… La Ligue des familles poursuit ses contacts avec les parlementaires en la matières et espère des avancées rapides sur ces questions.