Baromètre des parents 2020 : Les parents en demandent plus au politique

16 décembre 2020


Les réponses politiques aux besoins des parents sont trop timides et tardives, tant pendant la crise sanitaire qu’en ce qui concerne les grands défis de la vie de famille : c’est le principal constat du dernier Baromètre des parents de la Ligue des familles, sondage Ipsos mené auprès de 1151 parents wallons et bruxellois, qui sort aujourd’hui.

Crise du coronavirus : 7 parents sur 10 ne se sont pas sentis soutenus par le monde politique

Les familles précarisées invoquent avant tout l’inadéquation des mesures sanitaires (par ex. les bulles) à la vie des familles (37%), l’organisation du suivi scolaire pendant le confinement (35%) et le manque de soutien financier (33%). Les familles de classe socio-économique supérieure citent surtout l’organisation du suivi scolaire pendant le confinement (47%) et l’absence de solution pour garder les enfants lorsque les écoles et crèches étaient fermées (44%).

Pour Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles : « Le confinement a été très difficile pour de nombreux parents : leurs doubles journées habituelles se sont transformées en triples ou quadruples journées, à tenter de conjuguer travail, garde des enfants et suivi scolaire pendant la fermeture des écoles et des crèches. A force d’acharnement la Ligue des familles a pourtant obtenu le congé parental corona mais il est arrivé très tard, il était très mal rémunéré… Depuis, de meilleurs dispositifs ont vu le jour, mais cette période aura manifestement durablement marqué négativement toute une génération de parents. »

Des difficultés financières pour 1 famille sur 2 en cas de grave maladie d’un des parents

Ce Baromètre des parents 2020 a consacré un « focus » aux questions de santé dans la famille : report de soins à prodiguer aux enfants pour raisons financières, paiement des factures d’hôpital, maladie grave d’un membre de la famille : « Partout, le même implacable constat, relève Christophe Cocu : nous sommes dans un des pays les mieux lotis au monde à cet égard, il n’empêche que se soigner coûte cher, bien trop cher encore. Dans les familles les plus pauvres mais aussi dans les plus privilégiées, un problème de santé, et tout le ménage peut basculer dans les difficultés financières. »

Il ressort ainsi que pas moins de la moitié des familles (48%) confrontées à une grave maladie d’un des parents (ou d’un autre adulte vivant dans le ménage) rencontrent des difficultés financières, et près de 2/3 (63%) de celles confrontées à une grave maladie d’un enfant.

Congé de paternité, conciliation entre travail et vie de famille : là aussi, les parents attendent davantage

Les parents attendent par ailleurs beaucoup plus d’ambition dans les autres domaines de leur vie de famille. « Le congé de paternité sera ainsi, en janvier prochain, porté à 15 jours, puis à 20 jours en 2023. La Ligue des familles s’en est réjouie : c’est une première étape importante. Mais désormais, alors que cette mesure n’est même pas encore entrée en vigueur, c’est un congé de paternité de 15 semaines (et non 15 jours !), comme le congé de maternité, que réclament pas moins de 67% des parents, pères comme mères. En ce qui concerne les pères[1], cela représente une augmentation de 7 points de pourcentage en à peine deux ans ! », souligne Christophe Cocu.

Les parents, qui sont 6 sur 10 à éprouver des difficultés à concilier travail et vie de famille, réclament aussi des solutions nouvelles pour leur faciliter la vie : 77% d’entre eux plébiscitent ainsi le congé de conciliation, mesure imaginée par la Ligue des familles et consistant en un congé supplémentaire à prendre par heure pour faire face aux urgences et impératifs familiaux (8 heures par travailleur.euse + 8 heures par enfant + 8 heures pour les parents solo).

--- fin du communiqué ---

Notes aux journalistes

Méthodologie

Le Baromètre des parents 2020 est un sondage mené par Ipsos, via un questionnaire en ligne accessible du 5 au 15 octobre 2020, auprès d’un échantillon représentatif des familles : 1151 adultes de 18 ans et plus, vivant au moins à temps partiel avec au moins un enfant ou bel-enfant de 0 à 25 ans, résidant en Wallonie ou à Bruxelles, ont répondu au questionnaire. La durée moyenne de réponse était de 15 minutes.

Baromètre

Retrouvez l’intégralité du Baromètre des parents de la Ligue des familles 2020 sur notre site. Vous y trouverez aussi tous les enseignements sur le profil des familles belges et son évolution depuis 2015 (parents solos, nombre d’enfants, revenus…)

Chiffres-clés 

  • 7 parents sur 10 (69%) ne se sont pas sentis soutenus par le monde politique durant la crise du coronavirus
  • 6 parents sur 10 (62%) des parents éprouvent des difficultés à concilier travail et vie de famille
  • Les 3/4 des parents (77%) des parents souhaitent un nouveau congé de conciliation pour faire face aux urgences et impératifs familiaux
  • La prise d’un congé parental a représenté une difficulté financière pour la moitié (49%) des parents concernés
  • 2 parents sur 3 (66%) sont favorables à un congé de paternité obligatoire
  • 2 parents sur 3 (67%) souhaitent un congé de paternité de même durée que le congé de maternité (15 semaines) – 75% des parents d’enfants en bas âge
  • 2 parents sur 3 (66%) estiment qu’il est difficile de trouver une place en crèche
  • 1 parent sur 3 aurait besoin « souvent voire tous les jours » que les garderies scolaires ouvrent plus tôt le matin (35%) et plus tard le soir (32%)
  • Près de 4 parents sur 10 (37%) ne reçoivent pas la contribution alimentaire due pour leurs enfants de manière régulière (15% de la reçoivent jamais)
  • La moitié (51%) des mères estiment qu’un séjour de deux jours à la maternité est trop court
  • La moitié des familles (48%) confrontées à une grave maladie d’un des parents (ou d’un autre adulte vivant dans le ménage) rencontrent des difficultés financières… 
  • … et près de 2/3 (63%) de celles confrontées à une grave maladie d’un enfant
  • Dans toutes les catégories de revenus, des familles rencontrent des difficultés à payer une facture d’hôpital d’un enfant (encore 9% des ménages gagnant 5000€ net ou plus par mois)
  • Seul 1 parent sur 4 bénéficie de congés payés « enfant malade » (en cas de petite maladie d’enfant)
  • Dans 1 famille sur 5 (21%), les parents apportent une aide quotidienne à une personne âgée
  • 1 personne concernée sur 4 (18%) n’est pas satisfaite de la solution d’hébergement de son proche âgé
  • Parmi les motifs d’insatisfaction ressortent principalement la charge trop lourde représentée par l’aide quotidienne (42%), le fait que la personne âgée vive mal sa situation (34%), l’inquiétude en matière de sécurité (31%) et quant à la qualité de la prise en charge (29%)

 


[1]Il y a deux ans, la question n’avait pas été posée aux mères.