Travail et parent La Ligue des familles propose un « congé de conciliation » pour faire face aux imprévus familiaux

6 février 2019


Toutes les enquêtes le démontrent, les difficultés à organiser vie de famille et vie au travail sont écrasantes pour les parents. La Ligue des familles met en avant trois propositions concrètes et innovantes. L’organisation encourage les partis à les intégrer dans leurs programmes en vue des élections de mai.

Les chiffres sont pour le moins évocateurs : selon le dernier Baromètre des parents, près de 8 parents sur 10 ont des difficultés à combiner travail et vie de famille. Pire, 1 parent sur 4 se sent souvent ou en permanence à risque de burnout parental. A l’écoute des parents dans ses enquêtes, sondages et débats, la Ligue des familles dégage trois propositions concrètes qui doivent permettre de changer l’organisation du travail pour faciliter la conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle.

 

Congé de conciliation : des heures de congé ultra flexibles pour gérer les imprévus

Anticiper, organiser et mener tout de front est un combat quotidien pour les parents qui travaillent. Dans une organisation quotidienne déjà chahutée, le stress est à son comble dès qu’un imprévu vient gripper les rouages. Une chaudière en panne ? Un enfant malade qu’il faut faire garder en dernière minute ? Dans nos systèmes de congés, c’est la capacité à gérer l’imprévu qui fait défaut aujourd’hui. Pour tous les travailleurs, et particulièrement pour les parents.

Pour y répondre, une idée neuve et originale : permettre à tout travailleur de s’absenter de son emploi pendant quelques heures, avec la possibilité de prévenir au dernier moment, sans justification ni contrôle et sans perte de salaire. Cette idée, nous l’avons nommée « congé de conciliation ». Concrètement, tout travailleur aurait droit à un quota de 8 heures par an de congés, les parents auraient 8h supplémentaires par enfant et les parents solo encore 8h en plus. Ce principe d’un congé de conciliation a été soumis aux parents, qui sont 72% à s’y montrer favorables (16% n’ont pas d’avis, et 14% seulement y sont défavorables).

Au-delà des imprévus, ce nouveau congé permettra aussi de faire face aux différents impératifs familiaux sans forcément y consacrer une des 20 journées de vacances annuelles : arriver un peu plus tard au travail le jour de la rentrée scolaire, partir un peu plus tôt pour aller à la réunion de parents d’élèves…

 

Plan de conciliation : un échange constructif entre employeur et travailleur

L’idée ici est de prévoir dans toutes les entreprises un rendez-vous annuel où l’employeur est tenu d’informer individuellement chaque employé·e des dispositifs auxquels il-elle a droit (congés parentaux, extralégaux, télétravail, horaires flottants, etc.), de proposer des aménagements en fonction de la situation et des demandes de l’employé·e et enfin de dresser un plan de conciliation reprenant pour l’année à venir (voire à plus long terme), les aménagements dont bénéficiera la personne.

Il s’agit de créer un nouvel espace de dialogue pour encourager l’accès à des dispositifs qui existent déjà, mais qui sont parfois trop peu utilisés – que ce soit parce que les employé-e-s ne les connaissent pas ou parce qu’ils-elles n’osent pas les demander. Avec à la clé pour l’employeur une diminution de l’absentéisme, des burn-out et du stress, un cocktail gagnant pour la productivité.

 

Une réduction du temps de travail

Travailler moins (avec maintien du salaire), c’est la solution n°1 réclamée par les 4000 parents qui ont répondu à notre dernière enquête. Sans opter pour une modalité de réduction du temps de travail, nous faisons le constat qu’agir sur la durée du travail est désormais nécessaire. De façon concertée, adaptée aux différents secteurs professionnels et par étapes.

 

--- fin du communiqué ---

 

Note aux journalistes

 

Contexte : 5 solutions en vue des élections

A l’approche des élections de mai 2019, la Ligue des familles joue pleinement son rôle d’acteur politique et de force de proposition en soumettant aux partis différentes solutions constructives et innovantes en matière de soutien à la parentalité.

Après ce premier volet portant sur l’organisation du travail, la Ligue des familles présentera d’ici au mois de mai quatre autres solutions visant à faciliter le vécu de nombreux parents :

  • la séparation,
  • la fiscalité,
  • le logement,
  • l’accueil de la petite enfance.

 

Référence des enquêtes

Les différents chiffres et idées évoqués dans ce communiqué réfèrent au Baromètre des parents de la Ligue des familles (novembre 2018), sondage Ipsos compilant les avis de 1300 parents, et à notre enquête Comment adapter le monde du travail à la vie des parents (octobre 2018) basée sur plus de 4000 répondants.