Y aura-t-il un congé coronavirus ? La Ligue des Familles et le Gezinsbond profondément déçus par l'absence de position du gouvernement

20 avril 2020


BRUXELLES - Depuis plusieurs semaines, la Ligue des familles et le Gezinsbond réclament que les parents de jeunes enfants ou d'enfants à besoins spécifiques puissent bénéficier d’un congé spécifique si leur situation le nécessite. Ils ont également lancé une pétition qui a recueilli plus de 18 000 signatures. Le Gezinsbond et la Ligue des familles déplorent que le gouvernement n’apporte aucune réponse à ces familles. "Ce gouvernement ignore superbement les signaux inquiétants émanant de nombreuses familles", estiment les deux organisations familiales.

Depuis le début des mesures de confinement, la Ligue des familles et le Gezinsbond ont reçu de nombreux messages inquiétants de la part des parents concernant la difficile combinaison du travail et de la garde des enfants. Les familles avec de jeunes enfants, les familles monoparentales, les familles où un seul parent est en mesure de s’occuper des enfants, les familles d'accueil et les familles où les enfants ont besoin de soins supplémentaires en raison d'un handicap témoignent en particulier de la difficulté à prester leurs heures de travail.

"Ces parents travaillent très tôt le matin et très tard le soir, quand les enfants dorment, sans pour autant toujours venir à bout de leurs tâches, ou épuisent leurs congés, dont ils ont pourtant encore besoin pour toutes les vacances scolaires. La fin des mesures de confinement n'est pas encore clarifiées et l'année n'est même pas à moitié écoulée. Pour ces parents, nous avons demandé un système de congé spécial, qu'ils pourraient également prendre à temps partiel. Nous avons reçu un soutien massif par le biais d'une pétition dépassant les 18 000 signatures. Mais les jours passent et les parents sont de plus en plus nombreux à s’épuiser et à épuiser leurs congés", affirment le Gezinsbond et la Ligue des familles.

Aucune réponse officielle

Malgré de nombreux appels, contacts et des prises de position des principaux partis, les organisations familiales n'ont toujours reçu aucune réponse officielle du gouvernement, à part un simple un accusé de réception de la Première Ministre il y a déjà deux semaines. Lors de contacts informels, on nous renvoie aux efforts que chacun doit consentir dans cette crise, au fait que les écoles et crèches ne sont pas totalement fermées, à la possibilité de prendre des congés et à la flexibilité des employeurs.

"Tous les parents ne peuvent pas compter sur cette flexibilité de la part de leur employeur et les parents pour lesquels nous réclamons une solution ne peuvent pas recourir aux écoles et crèche. Nous comprenons que tout le monde doit faire un effort dans cette crise et que le gouvernement veuille maintenir le plus grand nombre possible de parents au travail. Cependant, l'effort demandé aux familles ne pèse pas de la même façon sur les épaules de chacune. Avec ce congé, nous n’avons pas pour objectif que tous les parents cessent de travailler, nous voulons simplement offrir une solution aux familles qui sont au bout du rouleau. Notre économie ne gagnera rien à abandonner ces parents et à les laisser s’épuiser", concluent les organisations familiales.