Congé parental coronavirus : une avancée positive mais pas sans défauts 

2 mai 2020


La Ministre fédérale de l’Emploi, Nathalie Muylle, a soumis ce samedi à l’approbation des partis qui soutiennent les pouvoirs spéciaux du gouvernement fédéral, le congé parental Covid 19. En réunion virtuelle, la mesure a été adoptée. Sans avoir eu le texte entre les mains, la Ligue des familles se réjouit d’avoir obtenu cette premier avancée tout en pointant quelques éléments d’amélioration et d’autres mesures à prendre pour les parents.

Un congé parental classique, qui s’ajoute aux 4 mois par enfant auxquels les parents ont droit

Avec le retour au travail en présentiel des parents, et l’absence de retour généralisé à l’école pour les enfants, de nombreux parents étaient en attente de mesures qui leur permettraient de concilier obligations professionnelles et besoin de garde d’enfant. L’unique mesure du gouvernement concerne la mise en place d’un congé parental Covid 19, c’est-à-dire un congé parental, à mi-temps ou 1/5e temps (pas à temps plein), pour les parents d’enfants de moins de 12 ans et qui n’est pas compté dans les 4 mois par enfant auxquels chaque parent a droit.

La Ligue des familles se réjouit que sa mobilisation conjointe avec le Gezinsbond, appuyée par les 18 000 signatures de sa pétition, ait fini par payer. Tel qu’annoncée, la mesure comporte toutefois encore une série de points faibles que la Ligue des familles souhaite encore voir améliorer :

  • La rémunération de 352€/mois (mi-temps) ou de 120€/mois (1/5e) est très faible et rend ce congé inaccessible à de nombreuses familles,
  • Une option de congé à temps plein aurait été nécessaire, particulièrement pour les familles monoparentales,
  • Les indépendants semblent toujours exclus du dispositif.

Par ailleurs, s’il n’y a ni stages ni camps cet été, la Ligue des familles réclamera l’extension de cette mesure, actuellement prévue jusqu’au 30 juin seulement, jusqu’au 1er septembre.

D’autres mesures sont nécessaires

« Le gouvernement fait enfin un pas vers les familles, c’est positif, mais nous en attendons d’autres. De nombreux enfants ne reprendront sans doute pas le chemin de l’école avant le mois de septembre et les familles ont besoin d’un éventail de solutions pour pouvoir faire face à la situation » réagit Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles. Les autres mesures demandées pour les familles concernent un assouplissement et des précisions quant aux modalités de déconfinement afin d’autoriser par exemple :

  • la reprise du babysitting,
  • la garde d'enfant par les proches,
  • la garde tournante d'enfants issus de plusieurs familles. 

 Apporter du soutien aux familles et permettre les contacts familiaux doivent être les priorités du gouvernement dans les prochaines étapes du déconfinement.