La Ligue des familles demande la mise en place urgente d’un plan de lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

6 janvier 2015


Début d’année difficile pour les familles : exclusion du chômage et manque de budget pour les pensions alimentaires.  31.500 chômeurs francophones seraient exclus du chômage au 1er janvier. Parmi eux, 78% seraient des femmes, pour beaucoup seules avec enfants. La Ligue des familles demande au gouvernement la mise en place urgente d’un plan de lutte contre la pauvreté des familles monoparentales.

Les exclu-e-s du chômage 

Le nombre de personnes qui basculent d’une assurance chômage à une assistance du CPAS dès le 1er janvier 2015 n’est pas connu avec précision. 25.000 wallon-ne-s et 5.000 bruxellois-es sont concernés d’après les dernières estimations. Ce que l’on sait :

- Les familles vont être les plus touchées, essentiellement les familles monoparentales.

- La majorité de ces exclus sont des femmes.

- Les co-habitants dont le conjoint travaille seront les plus touchés. De nouveau, une majorité de femmes.

- 1/3 des exclu-e-s seraient des chefs de famille et 10% isolé-e-s.

- les ressources de certains jeunes reposeraient exclusivement sur leur famille. Outre ces jeunes, toutes les personnes qui n'ont pas travaillé à temps plein sur une longue période (variable en fonction de leur âge) seront aussi exclues. De nouveau, les femmes sont les premières visées, encore plus lorsqu’elles ont des enfants : travail à temps partiel, carrières souvent interrompues pour charge de famille, emplois précaires, périodes d’intérim, etc.

Pensions alimentaires

Les familles monoparentales ont un risque 3 fois supérieur de basculer dans la pauvreté par rapport aux familles composées d’un couple. Le non-paiement des pensions alimentaires après une séparation est une cause majeure de cette augmentation du risque de pauvreté. Les enquêtes de la Ligue des familles montrent qu’une pension alimentaire sur deux est mal payée. Le service fédéral de créances alimentaires, le SECAL, offre des avances aux familles confrontées à un défaut de paiement et tente de récupérer les impayés. Le budget de l’Etat pour 2015 ne sera pas suffisant pour assurer ces avances. Or, il est urgent de soutenir davantage ces familles monoparentales, les plus fragiles et de lutter activement contre la pauvreté infantile.

Pour ces raisons, la Ligue des familles demande au gouvernement la mise en place urgente d’un plan de lutte contre la pauvreté des familles monoparentales.