Mobilité des parents : les résultats de notre enquête

13 avril 2016


La Ligue des familles a sondé 650 parents sur leurs déplacements extra-professionnels : emmener les enfants à l’école, à leurs activités extrascolaires, en week-end, pendant les vacances ou d’une maison à une autre… Un parent parcourt, en moyenne, 120 000 km avant les 18 ans de ses enfants ; soit 3 fois le tour de la Terre. Les familles recomposées vont, elles, jusqu’à la Lune (370 000 km). La Ligue des familles dévoile les chiffres-clés de ce sondage et le dossier spécial du Ligueur, à l’occasion de son Université de printemps, ce 14 avril 2016 à Bruxelles.

Les habitudes de déplacement de 650 parents, soit 1 255 enfants et ados, ont été passées au crible en mars 2016. En ligne de mire : le vécu de cette mobilité, les impacts financiers et familiaux, le stress occasionné, le sentiment d’insécurité et leurs attentes pour une mobilité apaisée et un modal-shift efficace. La mobilité des familles, peu connue, dépasse les seules questions de navetteurs. Ces chiffres inédits permettent de connaître la globalité des besoins des usagers et de les remettre au centre des politiques de mobilité.

Les principaux résultats

  • La voiture est reine au quotidien : 6 parents sur 10 l’utilisent tous les jours. 56% pour emmener leur(s) enfant(s) à l’école, 66% pour les déplacements extrascolaires.
  • La voiture est en tête, aussi, pour le départ en grandes vacances : 80% des parents qui partent le font en voiture, 13% prennent l’avion et 5% prennent le train ou le car.
  • La majorité des parents parcourt de longues distances, après le travail : 60% des Wallons, 50% des Bruxellois entre 5 et 20 km/jour.
  • 1 parent sur 2 se sent « parent-taxi ».
  • Parallèlement, le vélo est de plus en plus utilisé : 80% des foyers en sont équipés ; le vélo suit les transports en commun pour les trajets scolaires et extrascolaires (7% contre 11%).
  • Sur le chemin de l’école :35% laissent leur enfant seul à partir de 10 ans et 52% à partir de 13 ans.  

Les parents en galère pour se déplacer

  • Pour 1 parent sur 4, la mobilité quotidienne est une source importante de stress ; les impacts sur la vie familiale sont lourds : moins d’activités, tensions dans le couple, difficultés financières.
  • L’insuffisance et le manque de fiabilité des transports en commun sont dénoncées. C’est la 1ère préoccupation des parents (surtout pour les familles monoparentales), suivie par le temps passé à l’arrêt (dans les bouchons et dans les transports en commun) et l’inadaptation des pistes cyclables.
  • 34% des familles recomposées déclarent passer trop de temps dans les déplacements familiaux.
  • Les familles recomposées sont 2 fois plus à faire des longs trajets (+ de  41 km/jour) ; ce qui accroît leur stress.
  • 3 parents sur 10 se plaignent de coûts liés aux transports, trop élevés.

 

Les parents veulent des transports publics plus fiables

  • 6 parents sur 10 réclament des transports plus fréquents (+ de passages, plus tard en soirée et le w-e).
  • Presque 7 parents sur 10 réclament plus de ponctualité.
  • 1 parent sur 2 réclame une offre tarifaire plus avantageuse pour les transports en commun.

Les parents ont besoin que les temps sociaux s’adaptent à leur vie

  • 1 parent sur 2 est favorable à des rythmes scolaires revus.
  • Plus d’1 parent sur 2 souhaite plus de possibilités de télétravail ;  
  • 1 parent sur 3 souhaite des horaires professionnels adaptés pour éviter les heures de pointe.

Les parents veulent relativiser la place de la voiture

  • 1 parent sur 2 s’oppose au développement autoroutier à 4 bandes. Ils sont 54% à demander l’affectation des rentrées de la taxe poids-lourds aux transports en commun, en plus des routes/autoroutes.  

  • Presque 1 parent sur 2 soutient l’idée de zones pacifiées autour des écoles, c'est-à-dire des zones sans stationnement ni arrêt voiture (telles que développées en Allemagne).