Fin du congé de maternité raboté : une victoire historique !

12 mai 2020


Il y a deux ans, la Ligue des familles faisait le buzz avec la vidéo d’une jeune maman interpellant le cabinet de la Ministre Maggie De Block : après son incapacité de travail en fin de grossesse, son congé de maternité avait été raboté. La Ligue des familles avait ainsi relancé les discussions politiques à ce sujet et obtient, deux ans plus tard, la correction de cette injustice avec une loi votée aujourd’hui à la Chambre !

Jusqu’à présent, les femmes contraintes d’arrêter de travailler lors de leurs 6 dernières semaines de grossesse voyaient leur congé de maternité raboté d’autant. Résultat : de nombreuses femmes ne passaient que 9 petites semaines avec leur enfant nouveau-né.

Pour dénoncer cette situation et y mettre fin, une maman concernée a pris l’initiative de lancer une pétition en 2016, réunissant 45 000 signatures. Dans son sillage, et faute d’avancée sur ce dossier, en 2018, la Ligue des familles a interpellé la Ministre de la Santé et des Affaires sociales, Maggie De Block, via une lettre ouverte et une vidéo Facebook. Celle-ci a été vue plus de 260 000 fois en cinq jours et remis ce sujet au cœur de l’actualité. Ont suivi plusieurs interpellations parlementaires et un avis unanime du Conseil national du travail en faveur d’une solution pour les femmes concernées. Le 3 octobre dernier, la Ligue des familles a de nouveau interpellé la Ministre avec d’autres organisations pour que la législation soit modifiée sans attendre. Une proposition de loi adoptée aujourd’hui en Commission Affaires sociales à la Chambre corrige enfin cette injustice.

« Enfin, toutes les femmes auront droit à 15 véritables semaines de congé de maternité ! » se réjouit Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles. « Cette législation pénalisait doublement les femmes qui étaient malades en fin de grossesse et en plus voyaient leur congé de maternité réduit. Mais elle pénalisait également les nouveaux-nés qui ne pouvaient, dans de nombreux cas, passer que 9 petites semaines avec leur maman. La Ligue des familles est heureuse d’avoir relancé le débat et obtenu, enfin, la fin de cette injustice ! »

Le texte devra évidemment encore être adopté en séance plénière pour devenir définitif.