Non gratuité de l’école, rien ne bouge en 2015 !

12 août 2015


La Ligue des familles a analysé, dans les grands détails, les frais scolaires de 51 familles pour un total de 83 enfants en maternelle et en primaire. Un grand mécontentement, une fois de plus. Rien n’a bougé depuis l’année précédente. Les factures sont toujours chères pour les parents, les parents pas suffisamment informés des règles, des écoles en infraction et des pratiques dégradantes vis-à-vis de certains enfants. La Ligue des familles propose au gouvernement une stratégie en deux temps pour aller vers une gratuité scolaire pleine et entière. 

Près de 120 parents ont répondu à l'appel de la Ligue des Familles dans le cadre de son enquête annuelle. Cette année, la Ligue a passé au crible une centaine de questionnaires s'intéressant au frais de fournitures scolaires courants mais également au coût des repas et des voyages scolaires. Les enseignements de cette enquête sont les suivants :

Des constats qui se répètent

  • 212 € de frais annuels en moyenne pour les fournitures scolaires en primaire, 43€ en maternelle. Une tendance et des gammes de coût qui varient peu et s'observent dans les enquêtes des années précédentes.  ;
  • 95 % des parents méconnaissent les règles et leurs droits : une proportion qui reste identique depuis 3 ans et témoigne d'une mauvaise information de la part des écoles, et de la FWB ;
  • Des coûts demandés qui varient fortement : des listes en primaires variant entre de 25€ à 180€ ;
  • Des infractions dans 1 liste sur 3 : des frais interdits demandés aux parents (journal de classe, manuels, etc.)

Ras le bol des parents

  • Face à des listes parfois très longues : des listes de rentrée de près de 37 articles ont été relevées contre d’autres qui se limitent à 3 ou 4 articles, voire à zéro quand tout le matériel est fourni par l’école. L'incompréhension des parents monte : «Chaque année, je dois courir pour la liste kilométrique de ma fille (26 articles) et trouver les bonnes marques demandées alors que dans l'école des enfants de ma compagne, l'école fournit tout, ce qui est tout de même plus efficace et une réelle économie ! » (père de 2 enfants).  
  • Confrontés au manque de transparence et dans certains cas à la stigmatisation : manque de clarté des forfaits, quasi-minervaux réclamés, recouvrement des impayés au forceps et illégalités telles que le refus de remise du bulletin en cas d'impayés, stigmatisation des enfants et des parents ce qui porte atteinte au nécessaire lien de confiance avec l’école.
  • Cantine, la boîte à tartine à défaut de mieux : le coût moyen des repas scolaires est de 3.50 Eur, [FB1] 80 % des parents interrogés ne recourent pas aux repas chauds pour leurs enfants, la raison n'en est pas simplement le coût mais le rapport qualité prix : « Je préfère lui préparer sa boîte à tartines (…) si j'avais la garantie d'un repas complet et de qualité le midi, je paierai avec plaisir et ce serait pratique, mais sans garantie sur la qualité je m'abstiens, c'est moins cher et au moins, je sais ce qu'il mange » (mère de 3 enfants en primaire).
  • Voyages coûteux, la goutte qui fait déborder le vase :  notre enquête relève des coûts de voyages variant entre 35 et 950 € si les parents (comme la ligue) sont convaincu de l'apport de ces activités hors les murs pour les enfants, les coûts prohibitifs de certains voyages font bondir : « 800 € pour un voyage au ski en 6ème pour mon enfant, difficile de faire face ! (…) sans compter les frais d'équipement que je n'ai pas et les activités payantes organisées par l'école pour financer le voyage : double peine pour le portefeuille sans réel apport pédagogique » (un père de 3 enfants).

Les propositions de la Ligue des familles

Dans un premier temps : faire appliquer le cadre légal

  1. Mieux informer les parents,
  2. Sanctionner les écoles en irrégularité,
  3. Sortir l’enfant des transactions financières,
  4. Evaluer l’efficacité du décompte périodique,
  5. Sensibiliser les acteurs éducatifs sur la gratuité scolaire,

Dans un deuxième temps : aller vers la gratuité pleine et entière de l’école

  1. créer un débat public sur la gratuité scolaire, via une enquête citoyenne,
  2. objectiver les frais scolaires à la charge des parents, via une enquête scientifique,
  3. créer une adhésion forte et partagée via une campagne avec d’autres acteurs,
  4. négocier cette stratégie avec le Gouvernement,
  5. en faire une priorité du Pacte pour un Enseignement d’Excellence (2015-2016),


 [FB1]Nb : Moyenne calculée sur base des questionnaires rentrés par 46 familles de notre échantillon qu’elles recourent ou non aux repas chaud pour leurs enfants.