Il n’y a pas d’unanimité des parents en faveur des cours à distance

21 octobre 2020


Le Soir synthétise aujourd’hui en Une les résultats d’une enquête de la Fapeo par : « Les parents demandent plus de cours à distance ». La Ligue des familles constate surtout que les parents ont des avis très diversifiés à ce sujet et que les conditions ne sont actuellement pas réunies pour faire fonctionner l’enseignement à distance.

Pour Christophe Cocu, Directeur générale de la Ligue des familles : « Forcément, chaque parent a des attentes et craintes différentes selon son vécu et sa situation personnelle. L’avis des enfants concernés est également fondamental ici, et la même enquête montre qu’ils sont 60% à se sentir bien à l’école malgré les difficultés. Seraient-ils plus heureux confinés chez eux ? Nous n’avons pas la réponse : il est nécessaire de donner, également, la parole aux jeunes, les premiers concernés. »

« Surtout, quand une évoque une éventuelle réduction du présentiel à l’école secondaire, une question fondamentale se pose : qu’est-ce qui serait mis en place pour veiller à la continuité des apprentissages ? Il est ainsi incontournable de prendre en compte la situation des familles qui n’ont pas un logement de taille suffisante pour offrir un lieu de travail calme à chaque enfant, pas d’ordinateur ni de connexion internet, pas de parents en capacité d’accompagner les apprentissages scolaires de leurs enfants. »

Ainsi, selon une autre enquête menée par la Fapeo il y a quelques mois, 24% des parents n’ont pas d’espace de travail adapté pour leurs enfants – tous les enfants et les parents se partageant le même espace, et 78% des éléves ont besoin de l’aide de leurs parents. Des enquêtes réalisée par des associations de terrain font état d’une moyenne de 30% des familles en possession d’un ordinateur. Pour les autres familles, tout se faisait sur un GSM, à partager entre tous les membres de la famille. Tout ça sans mentionner les difficulté dans l’utilisation de ces outils pour les familles.

« La situation est complexe mais il est nécessaire, dans chaque piste évoquée, de trouver cet équilibre difficile entre respect des mesures sanitaires nécessaires, bien-être des enfants, poursuite des apprentissages scolaires dans de bonnes conditions pour toutes les familles et possibilité pour chaque parent de concilier travail et vie de famille, sans devoir travailler tout en assurant la garde et le suivi scolaire de ses enfants » conclut Christophe Cocu.