Inondations : après l’urgence vitale, offrir du temps aux parents

19 juillet 2021


De nombreuses familles ont vu leur maison sinistrée par les inondations qui ont frappé la Belgique. L’heure est au nettoyage, à l’administratif et à tenter de construire l’avenir. Pour les parents, faire toutes ces tâches nécessaires et urgentes n’est pas toujours compatible avec le fait de s’occuper de ses enfants. Les enfants ont quant à eux vécu des événements traumatisants. Ils ont besoin d’une attention toute particulière et de vivre d’autres moments, plus réjouissants. C’est sur ce constat que la Ligue des familles demande qu’un accueil gratuit et de qualité des enfants puisse être urgemment organisé dans les communes sinistrées. L’association mobilise ses moyens et renforce ses équipes volontaires pour soutenir les communes dans cette démarche.

La Ligue des familles s’est mise en action dès vendredi : elle a contacté les communes pour mettre en place des actions de soutien au bénéfice des parents sinistrés, proposant pour cela de mobiliser son réseau de volontaires et de babysitters. Deux projets concrets ont déjà pu être mis en place à Grez-Doiceau et à Verviers. Nous nous concentrons actuellement sur l’organisation de lieux d’accueil spécifiques et le renfort d’animateurs volontaires dans des plaines de jeux communales élargies gratuitement aux enfants des sinistrés. D’autres pistes d’actions sont également envisagées.  

Pour Christophe Cocu, directeur général de la Ligue des familles, « la Ligue des familles lance aux communes sinistrées ou avoisinantes une proposition concrète et efficace : organisez cet accueil en vous appuyant sur votre coordinateur ATL (Accueil Temps Libre) et éventuellement sur les partenaires du réseau si eux-mêmes ne sont pas sinistrés. La Ligue des familles peut vous soutenir en faisant appel à ses volontaires et babysitters, mais aussi en prenant en charge l’appel à bénévoles dans les communes en mesures de mettre à disposition un lieu d’accueil. »

Il est important de souligner que les communes épargnées par les inondations sont probablement en capacité d’accueillir les enfants des communes les plus touchées, qui n’ont peut-être même plus de bâtiments dans lesquels organiser ces activités. Les Gouverneurs des provinces peuvent organiser la coordination entre les communes. Enfin, la Ligue des familles appelle la Fédération Wallonie-Bruxelles à débloquer des moyens budgétaires d’urgence pour garantir la qualité et l’accessibilité de cet accueil.