Le combat de la Ligue des familles a porté ses fruits : le congé « fermeture d’écoles » sera voté aujourd’hui !

8 octobre 2020


La Ligue des familles le demandait avec insistance depuis la rentrée : ça y est, le congé « fermeture d’écoles » sera voté en séance plénière à la Chambre aujourd’hui ! Alors que la situation sanitaire se dégrade et que les mesures de prévention sont renforcées, il s’agit d’un soutien précieux pour les parents confrontés à des fermetures de classes ou de crèches.

Des milliers d’enfants ont déjà été mis en quarantaine suite des cas de coronavirus dans une école ou une crèche. A chaque fois, les parents étaient mis dans une situation intenable : aucun congé spécifique, pas assez de jours de congés payés, impossibilité de prendre un congé sans solde ou de recourir aux mécanismes habituels pour enfants malades (les enfants n’étant pas malades mais en quarantaine) ni aux grands-parents (vu le risque).

Dès la rentrée, la Ligue des familles a interpellé les parlementaires pour qu’ils mettent en place, d’urgence, un congé spécifique. Cela a rapidement été suivi d’effets : les députés se sont montrés à la hauteur de l’urgence, en commission Affaires sociales, en soutenant unanimement, à l’exception de la N-VA, une ouverture du droit au chômage temporaire pour les parents dans ce cas de figure. Ce nouveau congé est à l’ordre du jour de la séance plénière cet après-midi. Une fois ce texte voté, en cas de fermeture de classe, de crèche ou de centre d’accueil pour enfant en situation de handicap, les parents auront désormais le droit de s’absenter du travail immédiatement pour s’occuper de leurs enfants, en touchant l’allocation de chômage temporaire pour cause de force majeure – à condition bien sûr de prévenir leur employeur et de lui faire parvenir un document attestant de cette fermeture. Cette mesure sera applicable à tous les adultes cohabitant avec un enfant mineur (ou sans limite d’âge en ce qui concerne les enfants en situation de handicap dont le centre d’accueil ferme), aussi longtemps que l’établissement concerné restera fermé.

Une solution sérieuse aux attentes des parents

Lola Galer, chargée d’études à la Ligue des familles : « Nous avions plaidé pour un congé que les parents pourraient prendre du jour au lendemain, dès l’annonce de la fermeture de la crèche ou de l’école, sans demander l’accord de leur employeur, et nous avons été entendus. C’est un grand soulagement. Nous sommes plus réservés en ce qui concerne la rémunération : ce congé sera rémunéré à hauteur de 70% du salaire, c’est certes bien mieux que le congé parental corona, mais perdre 30% de salaire reste problématique pour certains parents. Il n’empêche qu’il s’agit d’une solution sérieuse aux attentes de nombreux parents ; nous sommes heureux que le combat de la Ligue des familles ait porté ses fruits. »

Les fonctionnaires doivent également bénéficier de ce congé

Cette mesure constitue donc une solution pour les salarié.e.s. Une adaptation du droit passerelle a également été mise en place pour les indépendant.e.s. Reste à régler la question des fonctionnaires : la Ligue des familles appelle les ministres de la fonction publique de tous les niveaux de pouvoir à veiller à ce que cette mesure soit accessible également, dans les meilleurs délais, aux agent.e.s de la fonction publique.