Mesures de soutien aux familles : 4 jours après les annonces du Codeco, où on en est-on ?

7 décembre 2021


Vendredi, après l’annonce des mesures du Comité de concertation faisant peser les efforts sur les enfants et leurs parents, la Ligue des familles appelait à des mesures de soutien aux familles. 4 jours après, où en est-on ? Des précisions importantes ont été apportées en ce qui concerne le soutien financier aux parents et les garderies scolaires, mais une large partie des familles restent totalement oubliées. La Ligue des familles fait le point.

classe primaire avec masqueAbsence rémunérée du travail pour les parents lors de la fermeture des écoles : oui, sauf pour les fonctionnaires

La Ligue des familles demandait que les parents puissent bien bénéficier du chômage temporaire pour fermeture d’école/quarantaine d’enfants la semaine du 20 décembre : ce sera bien le cas. Une information rassurante pour les parents salariés. Les indépendants devraient quant à eux pouvoir bénéficier du droit passerelle.

Restent deux problèmes majeurs qui concernent de nombreux parents :

  • Les parents fonctionnaires n’ont toujours droit à aucun dispositif similaire. Pour eux, la circulaire de la Ministre de la Fonction publique Petra De Sutter prévoit que « pendant cette période de fermeture [d’école], le membre du personnel exécute ses prestations dans le cadre du télétravail. » Les entités fédérées appliquent les mêmes règles. Or, pour la Ligue des familles, le télétravail, c’est du travail et ce n’est aucunement une mesure de soutien aux parents. Le télétravail avec enfants – surtout les plus jeunes – ne permet ni de travailler correctement, ni de s’occuper correctement de ses enfants. Des dispenses de service sont théoriquement possibles, mais les retours des parents nous montrent qu’elles sont difficiles à obtenir, en tout cas quand la fonction permet le télétravail, alors que le chômage temporaire applicable aux salariés est un droit pour les parents, qui ne nécessite pas d’accord de l’employeur.
  • Ces dispositifs d’absence génèrent une perte de revenu. Un parent au chômage temporaire pour fermeture d’école touche 70% de sa rémunération (plafonnée à 2841€/mois), plus 5,74€ par jour. Or bien des parents ne peuvent pas se permettre de perdre 30% de leur salaire (voire plus, si il dépasse 2841€/mois).

Garderies scolaires : Oui

La Ligue des familles avait appelé à ce que la semaine du 20 décembre, les garderies scolaires soient accessibles à tous les parents qui en ont besoin, y compris ceux qui sont en télétravail. La circulaire de la Ministre Désir prévoit que « chaque établissement devra organiser un accueil des élèves régulièrement inscrits dans l’établissement pour lesquels aucune autre solution alternative de garde n’est possible pour les parents sans mobiliser des personnes à risque », et que les parents ne devront pas présenter de justificatif. Les parents qui en ont besoin, y compris ceux en télétravail, devraient donc avoir accès aux garderies – à vérifier sur le terrain bien entendu. C’était une vraie nécessité pour que les parents qui travaillent, n’ont pas de proches en capacité de garder les enfants et n’ont pas la possibilité ou les moyens financiers de recourir au chômage temporaire aient tout de même une solution.

Enseignement à distance possible sans équipement informatique : en principe, oui

Les difficultés d’accès au matériel informatique (coût, problèmes techniques, capacité à utiliser le matériel…) ayant constitué une grande difficulté dans de nombreuses familles l’an dernier, il est important pour la Ligue des familles que les élèves du secondaire puissent suivre les cours même s’ils n’ont pas l’équipement requis, au moyen de documents papiers et de rendez-vous individuels. La circulaire prévoit que « l’école doit s’assurer que tous les élèves disposent d’un accès aux contenus étudiés à distance. Les élèves qui ne disposent pas de l’équipement numérique nécessaire à domicile sont accueillis dans des locaux de l’école. » Cela semble répondre aux préoccupations de la Ligue des familles qui devra toutefois en examiner l’application sur le terrain.

La Ligue des familles demandait également de consacrer les périodes de présentiel aux nouveaux apprentissages et le temps de travail à la maison aux révisions et à l’évaluation des apprentissages. Rien n’a été précisé en ce sens.

Maintien des activités extrascolaires et des stages : a priori oui

Bonne nouvelle, aucune annulation des stages des vacances de Noël ni des activités extrascolaires des enfants n’a été annoncée à ce stade.

Reprise normale des cours en janvier : a priori oui, mais quid du masque

La Ligue des familles avait insisté sur la nécessité de mesures limitées dans le temps. Ce sera a priori le cas, la fermeture des écoles fondamentales devant se limiter à la semaine du 20 décembre, et la période d’enseignement à distance se clôturant également à Noël. La durée du port du masque en primaire n’a toutefois pas encore été annoncée, ni celle de la mesure permettant de fermer les classes après 2 cas positifs.

Des réponses, mais pas de quoi calmer les angoisses des parents

C’est indéniable, certaines mesures apporteront un soutien indispensable aux parents – en particulier l’application du chômage temporaire pour fermeture d’école la semaine du 20 décembre, dispositif absolument nécessaire pour lequel la Ligue des familles s’est longuement battue.

Mais l’angoisse et la colère des parents sont cette fois très profondes. La Ligue des familles a reçu, ces derniers jours, des mails de parents en masse, relatifs à la difficulté du port du masque chez les enfants et à aux difficultés à faire face à la fermeture des écoles lorsqu’on travaille. Il y a un an, dans le Baromètre des parents de la Ligue des familles (sondage Ipsos), 69% des parents nous disaient ne pas s’être sentis soutenus par le monde politique pendant la crise sanitaire. Au cœur de leur mécontentement, l’impossible conciliation entre travail et garde des enfants pendant la fermeture des écoles, les difficultés du suivi scolaire pendant le confinement et le manque de soutien financier.

Il est certain que le dernier comité de concertation vient d’enfoncer durement le clou en remettant en difficulté les familles sur ces trois aspects. La Ligue des familles appelle les différents gouvernement à marquer leur attention pour les familles, malgré les dures restrictions décidées vendredi, en leur apportant un soutien à la hauteur : possibilité de congé sans perte de salaire et ouverture des garderies pour tous les parents qui en ont besoin, y compris ceux qui télétravaillent ; et fin dès que possible de l’enseignement à distance et du port du masque chez les plus jeunes.