Semaine de la mobilité : Sauf pour les enfants en situation de handicap ?

17 septembre 2018


A l’occasion de la semaine de la mobilité, le Délégué général aux droits de l’enfant, la Ligue des familles et Unia rappellent que certains enfants en situation de handicap souffrent quotidiennement des trajets pour rejoindre leur école ! Rassemblées sous la bannière « E-Mobile » - Enfants (im)mobiles – les trois institutions ont décidé de porter cette problématique sur la scène médiatique en marge de la campagne pour les prochaines élections communales. Nous espérons faire évoluer un dossier depuis longtemps en souffrance et trop loin des priorités politiques.

Semaine de la mobilité : Sauf pour les enfants en situation de handicap ?

 

 

Les parents et les associations le dénoncent inlassablement depuis des années : le transport scolaire vers l’enseignement spécialisé est une maltraitance quotidienne pour certains enfants. Le temps passé dans les bus est interminable (jusqu’à 6h par jour !), les enfants sont insuffisamment accompagnés et développent des troubles et de la phobie scolaire.

Les communes ont un rôle à jouer

Une conférence participative a  été organisée qui a réuni les principaux acteurs de la thématique ; des recommandations ont été formulées qui pourraient faire changer les choses dans l’intérêt supérieur des enfants concernés et qui impliquent aussi le pouvoir communal.

Notre recommandation principale à l’égard des communes est qu’elles s’engagent pour des écoles plus inclusives qui permettent à chaque enfant d’aller à l’école la plus proche de son domicile. D’autres mesures très concrètes seraient déjà bénéfiques : organiser des garderies dans les établissements de l’enseignement spécialisé ou autoriser le transport scolaire à emprunter les couloirs de bus. Les communes ont un rôle à jouer !

Nous avons interpelé les candidats

Nos propositions ont été envoyées aux têtes de listes de tous les partis des grandes villes mais, jusqu’à présent, les retours ont été peu encourageants. Faut-il comprendre que le transport scolaire des enfants en situation de handicap n’est pas un sujet porteur ? Nous préférons croire que notre appel n’a pas été entendu ou qu’il s’est perdu dans les nombreuses obligations de nos interlocuteurs en campagne.

Qu’à cela ne tienne, le Délégué général aux droits de l’enfant, la Ligue des familles et Unia relancent leur appel aux candidats. Les enfants et les familles qui vivent ces situations impossibles à Bruxelles et en Wallonie ne peuvent se contenter d’un accusé de réception.

Dans ce dossier, des solutions concrètes existent, tous les niveaux de pouvoir doivent agir selon leurs compétences. Au lendemain des élections, nos trois organisations inviteront les élus à faire du transport scolaire une des priorités de leur mandature. Pour que les choses bougent, enfin !