Revoir l’organisation du travail. Oui, pour aider les parents à concilier vie professionnelle et vie familiale

9 juin 2015


Les familles n’ont pas attendu le gouvernement ou les syndicats pour changer. Moderniser l’organisation du travail, c’est une nécessité pour les parents d’aujourd’hui. En premier pour des questions de conciliation entre vie familiale et professionnelle, et non de compétitivité des entreprises. La Ligue des familles s’invite dans le débat et pose trois balises.

Moderniser l’organisation du travail, oui…

Il faut revoir l’organisation du travail en fonction des nouvelles réalités des parents : de plus en plus de couples qui travaillent tous les deux, de plus en plus de familles monoparentales, principalement des femmes, qui manquent de temps pour tout mener de front. La conciliation vie familiale/vie professionnelle est la priorité des parents. Elle appelle des réponses collectives.

La Ligue des familles invite les syndicats à oser penser une nouvelle organisation du travail et ouvrir la réflexion sur l’évolution des rémunérations au cours de la carrière.

…mais à certaines conditions

La flexibilité est au cœur de la réforme lancée par le ministre Kris Peeters. Les parents ont besoin de souplesse dans l’organisation de leur vie, entre le travail et la vie de parent. Mais ils ont aussi besoin de sécurité et de protection. C’est pourquoi la Ligue des familles pose 3 balises pour penser cette réforme : 

  • ne pas individualiser complètement l’organisation du travail. Des négociations collectives sont nécessaires pour défendre les intérêts particuliers des travailleurs parents. Par ailleurs, tous les parents ne sont pas égaux dans leur capacité de négociation et les risques de disparités sont grands.
  • renforcer le système de congés plutôt que la possibilité de les épargner. Les femmes vont utiliser davantage leurs congés quand les enfants seront petits et se retrouver en fin de carrière en ayant épuisé tous leurs congés. Ces dispositifs d’épargne renforcent les inégalités entre hommes et femmes, surtout pour les fins de carrière et renforcent les stéréotypes.
  • permettre des horaires flottants dans un cadre qui garantit l’intérêt des personnes et pas seulement au service de l’entreprise. De nouveau, la négociation collective est importante pour garantir des droits équivalents à chacun.

La modernisation des carrières est une nécessité. Mais elle ne doit pas se penser uniquement entre syndicats et patrons. La Ligue des familles demande un grand débat public. Elle propose un modèle d’économie de la conciliation sur un principe gagnant/gagnant entre employeur et employé.