Congé de conciliation : large soutien des partis politiques à la proposition de la Ligue des familles

16 avril 2019


En février, la Ligue des familles a présenté une mesure innovante pour faciliter la vie des parents. L’organisation plaidait pour la mise en place d’un nouveau congé « de conciliation » pour pallier aux imprévus du quotidien (par exemple un enfant malade). Les partis se sont positionnés… et soutiennent tous le principe d’un nouveau mécanisme pour améliorer la conciliation entre travail et vie de famille. Mieux : quatre partis francophones sur six s’engagent à aller plus loin.

Le congé de conciliation est une mesure innovante, que la Ligue des familles a construite en partant des besoins des parents. Nous avons formulé cette proposition au mois de février, au début de la campagne électorale, avec un objectif clair : que les différents partis s’en emparent et qu’elle se retrouve dans le futur accord de gouvernement, avant d’être mise en œuvre au cours de la législature à venir.

Nous avons donc demandé à tous les partis francophones (CDH, Défi, Ecolo, MR, PS, PTB) s’ils seraient prêts à soutenir cette mesure. Heureuse surprise tout d’abord : aucune formation politique n’émet d’opposition franche ; au contraire, toutes soutiennent au moins le principe d’un nouveau mécanisme visant à améliorer la conciliation entre travail et vie de famille. Mieux : 4 partis sur 6 s’engagent clairement à soumettre cette question aux partenaires sociaux, voire à la soutenir dans le cadre d’un futur accord de gouvernement.

La plupart des partis s’engagent à faire avancer la question : une excellente nouvelle pour les parents !

Au travers des réactions de chaque parti, on sent évidemment des sensibilités propres : de la réponse polie sans grand engagement au soutien franc et inconditionnel. Mais ce qui nous importe, c’est le concret : la majorité des partis s’engagent à faire avancer la question d’une façon ou d’une autre et aucun n’annonce son intention de la bloquer. C’est une excellente nouvelle pour tous les parents, qui courent après le temps et doivent trouver des solutions de bouts de ficelle dès qu’un imprévu surgit. La Ligue des familles sera évidemment attentive à ce qu’après le 26 mai, ces belles intentions se concrétisent et que les formations politiques qui participeront à la future majorité fédérale respectent leurs engagements.

Congé de conciliation : rappel de la proposition
des heures de congé ultra flexibles pour gérer les imprévus

L’idée derrière ce nom, « congé de conciliation », c’est de permettre à tout travailleur de s’absenter de son emploi pendant quelques heures, avec la possibilité de prévenir au dernier moment, sans justification ni contrôle et sans perte de salaire. Concrètement, tout travailleur aurait droit à un quota de 8 heures par an de congés, les parents auraient 8h supplémentaires par enfant et les parents solo encore 8h en plus.

Au-delà des imprévus, ce nouveau congé permettrait aussi de faire face aux différents impératifs familiaux sans forcément y consacrer une des 20 journées de vacances annuelles : arriver un peu plus tard au travail le jour de la rentrée scolaire, partir un peu plus tôt pour aller à la réunion de parents d’élèves…

Lire l'intégralité de la réponse des partis