Stages de Pâques annulés : les parents doivent pouvoir bénéficier du chômage temporaire

22 mars 2021


A quelques jours à peine des vacances, voilà les règles sanitaires applicables aux stages de Pâques modifiées suite au Codeco de vendredi. Résultat : les annulations de stages commencent à pleuvoir et les parents se retrouvent sans solution de garde. La Ligue des familles demande que les parents concernés puissent bénéficier du chômage temporaire, comme c’est le cas lors des fermetures d’écoles ou des quarantaines d’enfants.

D’ores et déjà des annulations de stages, et certainement d’autres à venir

Suite au Comité de concertation de ce vendredi, les stages de Pâques pourront compter maximum 10 enfants au lieu de 25. Ils devront aussi se dérouler à l’extérieur, de manière obligatoire pour les enfants de plus de 12 ans et recommandée pour les plus jeunes. Mais à quelques jours des vacances, tous les stages étaient bien entendu déjà organisés, réservés et payés par les parents.

« Les parents commencent à nous contacter car les stages de leurs enfants sont annulés. Il est probable, vu les conditions extrêmement strictes imposées aux organisateurs de stages, que de nombreuses autres annulations suivent », constate Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles. « A nouveau, les parents se retrouvent donc dans la débrouille, sans solution de garde pour leurs enfants à seulement 10 jours des vacances scolaires. Or nombre d’entre eux n’ont, à si brève échéance, plus la possibilité de demander congé à leur employeur. Et dans tous les cas, peu de parents ont suffisamment de congés pour pouvoir s’occuper de leurs enfants pendant toutes les vacances scolaires… Enfin, nous devons tout mettre en œuvre pour que les parents ne soient pas contraints de confier leurs enfants à des grands-parents à risque. »

Appel aux députés : étendez le dispositif de chômage temporaire aux cas d’annulation de stages

La Commission Affaires sociales de la Chambre discutera ce mardi après-midi de la prolongation du chômage temporaire pour fermeture d’école jusqu’au 30 juin (au lieu du 31 mars). « La Ligue des familles se réjouit de cette probable prolongation, qui reste indispensable pour faire face à tous les cas de quarantaines d’enfants. Mais nous demandons aussi, pour que les parents puissent faire face à cette situation exceptionnelle, que les députés étendent ce dispositif aux annulations de stages », poursuit Christophe Cocu.

La Ligue des familles a adressé un courrier en ce sens aux députés de la Commission Affaires sociales ce midi et espère que les députés s’empareront d’urgence de cette mesure pour qu’elle puisse être votée avant les vacances et soulager les parents.