Suspension des cours : les parents feront leur maximum, mais ils ont besoin de soutien

13 mars 2020


Parmi les mesures annoncées hier, la suspension des cours laisse les parents dans le flou : quels sont les enfants qui peuvent exactement aller à l’école ou pas, et que doivent faire les parents ? La Ligue des familles appelle d’urgence à un congé spécifique, comme cela a été fait en France ou en Espagne.

Qui sont les enfants qui peuvent aller à l’école ? C’est le flou

La décision d’hier est une demi-mesure : on ne ferme pas les écoles, mais on organise une garderie « pour les enfants du personnel médical et de soins de santé et des départements d’autorité (sécurité publique) », ainsi que « pour les enfants dont il n’est pas possible d’assurer une garde autre que par les personnes âgées ». 

« Les parents sont de bonne volonté et comprennent la nécessité de prendre des mesures fortes, mais que doivent faire ceux qui travaillent et qui ne peuvent pas mettre les enfants chez les grands-parents ? C’est le flou ».Nous constatons d’ailleurs que sur le terrain les parents se posent beaucoup de questions et ne comprennent pas bien la mesure, relève Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles.

De nombreux parents n’ont pas de solution autre que la garderie

On parle ici d’une période de 5 semaines sans école : 3 semaines de suspension des cours plus 2 semaines de vacances de Pâques. « On ne peut pas demander aux parents d’utiliser tous leurs congés payés – à supposer qu’ils en aient suffisamment – sur cette seule période, qui s’ajoute aux autres vacances scolaires. Un congé sans solde n’est pas financièrement tenable pour les familles. Enfin, le télétravail n’est pas possible pour toutes les fonctions, et n’est pas évident en cas d’enfants en bas âge », poursuite Christophe Cocu.

Concrètement, les parents qui travaillent sont donc nombreux à n’avoir pas d’autre solution que mettre leurs enfants à l’école. Or, il est évident que s’ils mettent tous leurs enfants à la garderie, cette mesure n’a aucun sens. Sans soutien financier pour le parent contraint de s’absenter, cette mesure risque d’être sans effet.

Il faut d’urgence un congé spécifique

La Ligue des familles avait appelé dès mercredi le Conseil national de sécurité à mettre sur pied un dispositif de congé payé spécifique pour les parents confrontés à cette situation. La France et l’Espagne l’ont fait : c’est donc possible. Il est désormais urgent d’avancer en ce sens.