Allocations familiales : pas une monnaie d'échange

26 juillet 2010


La presse de ce 23 juillet annonce que les négociateurs de la coalition auraient obtenu un accord de principe sur la scission des allocations familiales. Le financement fédéral se poursuivrait mais une partie des allocations familiales serait régionalisée.

 

Pour la Ligue des familles, la sécurité sociale doit rester fédérale. La Ligue des familles juge absurde une régionalisation, même partielle, des allocations familiales!

 

Si on régionalise les allocations familiales, que va-t-il se passer concrètement ? Au niveau du financement et de la gestion structurelle mais aussi ne fût-ce qu’au niveau des critères d’attribution. Le montant des allocations dépendra-t-il du lieu d’habitation du père ? de son lieu de travail ? du domicile de l’enfant ? Voyons ce que cela donne dans la réalité.

Johan et Sylvie s’aimaient. Ils ont eu un enfant, Arthur. Ils sont aujourd’hui séparés. Johan vit aujourd’hui à Bruxelles avec Véronique. Ils ont à eux deux un enfant, Ernest. Véronique est par ailleurs maman de Scarlett, dont le papa vit à Chaumont-Gistoux. Sylvie vit à Leuven. Si l’on envisage les trois scénarios, quel sera le montant d’allocations pour Arthur, Ernest et Scarlett ? Quelle région va payer ? Et qu’en sera-t-il de Bruxelles ? Poser ces questions, c’est montrer l’absurdité d’une régionalisation des allocations familiales au sein d’un même pays.

 

Pour la Ligue des familles, le seul accord de gouvernement qui convienne dans ce domaine, c’est celui qui programme un alignement du montant des allocations de tous les premiers enfants (actuellement 83,40 €) vers celui du deuxième enfant (actuellement 154,33 €).

 

 






Denis LAMBERT
Françoise DASTREVELLE

a