Des logements adaptés à nos parcours de vie

13 avril 2011


L'expression populaire dit que le Belge a une brique dans le ventre. Vrai sans doute. Mais tout le monde n'est pas égal devant le droit à un logement décent. Que ce soit au passé, au présent et surtout au futur, le sujet mérite qu'on y attache une importance majeure.

Normes énormes

Il y a quelques semaines, à Charleroi, les autorités communales ont voulu appliquer une réglementation de la Région wallonne et expulser de son logement une famille avec deux enfants, une fillette de 18 mois, un garçon de 12 ans. Motif de l’expulsion : il est obligatoire, quand on a deux enfants de sexes différents, d’avoir une chambre pour chacun, plus celle des parents. "C’est la norme. Il faut l’appliquer". La Région wallonne édicte des normes, certes louables (ce n’est peut-être pas ici le bon mot) et voilà que les autorités de Charleroi se mettent en tête de devenir des acteurs zélés de la norme. Résultat : des parents qui crient au secours. Heureusement, les médias ont alerté l’opinion sur cette situation. Trois réflexions sur cette histoire.

1. Pour nous, les normes sont faites pour aider les gens, particulièrement les plus précaires, pas pour les enfoncer.

2. Si on oblige une famille à quitter un logement, il faut la reloger à un prix équivalent. Cela doit devenir une obligation reprise dans le code du logement.

3. Ah, si la Région wallonne pouvait respecter les normes qu’elle édicte dans son parc de logements publics !

Rien de garanti pour la garantie locative

En Belgique, 1 million et demi de personnes vivent dans la pauvreté. Pour ces ménages, trouver un logement s’apparente souvent à un chemin de croix. Les prix sur le marché privé augmentent plus vite que les revenus et au niveau public, les listes d’attente pour obtenir un logement social sont telles que bientôt, on introduira une demande pour sa descendance.

S’ajoute à la difficulté de trouver un logement, la difficulté de verser la garantie locative exigée. Avancer 1 000 ou 1 500 € d’un coup reste pour les familles pauvres une opération impossible. Conscient de cet écueil, le législateur fédéral avait mis sur pied plusieurs dispositifs pour éviter l’exclusion des populations les plus fragilisées : un formulaire neutre afin de ne pas identifier la provenance de la garantie (et donc ne pas stigmatiser les bénéficiaires du CPAS) et la mise à disposition de la garantie locative par la banque du locataire. À charge pour celui-ci de rembourser la somme en trois ans maximum.

Sur le terrain, des associations ont constaté l’inapplication de la loi. Les banques refusent de jouer le jeu et le formulaire neutre n’est pas utilisé.

Avec d’autres associations, la Ligue des familles demande la mise en place d’un fonds central de garantie locative, accessible à tous et obligatoire. Ce fonds permettrait aux plus démunis de constituer la garantie locative progressivement et assurerait les contacts avec les CPAS. Rappelons qu’à Bruxelles, le Fonds du logement prête aux revenus précaires 90 % de la garantie locative à un taux de 0 %, prêt remboursable en 18 mois.

Ceci n’est pas l’appel des cloches

La Ligue des familles est partie constituante du Fonds du logement wallon des familles nombreuses. Elle siège à l’assemblée générale et au conseil d’administration du Fonds. Pour rappel, il accorde chaque année plus de 1 000 prêts à taux réduit pour permettre à des familles nombreuses aux revenus précaires ou modestes d’acquérir un logement. Trois postes d’administrateurs, proposés par la Ligue des familles et le gouvernement wallon, doivent être renouvelés.

Si la fonction vous intéresse, adressez votre candidature, avec lettre de motivation, avant le 26 avril 2011. Ligue des familles, direction générale, avenue Emile de Béco - 109 à Bruxelles ou d.lambert@liguedesfamilles.be


Pour rappel, la Ligue des familles renouvelle son assemblée générale le 28 mai 2011. Appel est lancé à tous les membres qui souhaitent nous rejoindre à cette assemblée composée de représentants de groupes de volontaires et de membres individuels. Toutes les informations se trouvent dans le Ligueur des parents n°7 du 30 mars 2011. Vous pouvez également consulter notre site www.citoyenparent.be. Attention à la date limite pour le dépôt des candidatures : le 9 mai 2011 à l’adresse ag28mai@liguedesfamilles.be

 

Denis Lambert,

Directeur général de la Ligue des familles

 

a