Allocations familiales: la fusée décolle

28 février 2012


Voici plus de deux ans que nous essayons de lancer un débat sur le futur des allocations familiales. Ce ne fut pas simple tant il y a eu des ratés à l’allumage. Aujourd’hui, les conditions semblent réunies pour faire décoller la fusée.

 

UN LANCEMENT SANS CESSE REPOUSSÉ

Avant les élections fédérales de 2010, on nous avait dit : "Attendez, ce n’est qu’une revendication de la Flandre, une de plus". De notre côté, nous essayions à l’époque de rétorquer que les allocations familiales ne pouvaient être considérées simplement comme une monnaie d’échange dans une négociation alors que c’est une source de revenus importantes pour certains parents.

Pendant les 541 jours de négociation, on a continué à nous dire "Oui on parle de défédéralisation des allocations familiales. Mais tant qu’il n’y pas d’accord sur tout, il n’y a d’accord sur rien. Pas de débat francophone sur le futur des allocations familiales. Il ne faut pas se déforcer devant les négociateurs flamands". Du côté de la Ligue des familles, nous martelions que sortir les allocations de la sécurité sociale est dangereux mais que, si défédéralisation il y avait, cela pouvait être une opportunité de mettre un certain nombre de choses à plat.

Fin 2011, l’accord pour la formation d’un gouvernement fédéral incluait la défédéralisation des allocations familiales. Le transfert des allocations familiales représente un volume budgétaire important dans la réforme de l’État : presque 6 milliards d’euros. Il serait très optimiste d’avancer que le débat sur la tuyauterie institutionnelle est terminé. Il reste tant de questions à régler sur les montants, les modalités et le timing du transfert, mais la voie se dégage pour, enfin, vraiment ouvrir un débat démocratique sur le pourquoi et le comment des allocations familiales en Wallonie et à Bruxelles.

 

PREMIER ÉTAGE DE LA FUSÉE

Pour atteindre notre objectif d’un débat démocratique sur le sujet, la Ligue des familles a mis sur la table plusieurs pistes de réflexion pour une refonte du système des allocations familiales.

1. L’enveloppe consacrée aux allocations familiales ne peut diminuer.

2. Personne ne peut perdre de revenus lors du transfert. Il faut donc prévoir un dispositif de transition.

3. Nous proposons une allocation universelle de base pour chaque enfant (de l’ordre de 160 €). On ne tient plus compte du statut socioprofessionnel du parent, on ne tient plus compte du rang et de l’âge de l’enfant. Objectif : soutenir la parentalité quand elle existe.

4. On introduit un supplément pour les familles monoparentales et les familles nombreuses à revenus modestes. Objectif : combattre le risque de pauvreté de ces familles et en particulier la pauvreté infantile.

5. Pour les allocations majorées des enfants handicapés ou orphelins, on ne touche pas à la situation existante.

 

DEUXIÈME ÉTAGE DE LA FUSÉE

La Ligue des familles a lancé une invitation à chacun des présidents de parti politique pour débattre autour d’un petit déjeuner autour de quatre questions clés pour le futur des allocations en Wallonie et à Bruxelles (voir le Ligueur du 4 janvier

2012). Premières réactions quasi-générales à cette invitation : "C’est trop tôt. On n’est pas prêt". Ce qui en dit long sur une certaine improvisation francophone pour accueillir de nouvelles compétences à venir du fédéral. Finalement, tous les partis ont accepté notre invitation.

Trois rencontres ont déjà eu lieu, les deux autres sont prévues début mars. Vous découvrirez en primeur dans le Ligueur des parents du 14 mars le compte rendu de ces rencontres utiles et passionnantes. Nous les présenterons aussi en introduction de notre Université de printemps du 22 mars dans nos locaux, au 109, avenue de Béco à Ixelles.

 

TROISIÈME ÉTAGE DE LA FUSÉE

Après avoir entendu les responsables politiques francophones, nous souhaitons donner la parole à des observateurs et des acteurs du dossier. Tous ont salué notre initiative comme venant au bon moment pour initier un débat. La Ligue des familles joue là son rôle de plaque tournante associative et pluraliste. La démarche est ouverte à tous et nous souhaitons qu’elle ne se limite pas aux seuls spécialistes. C’est certain, ils viendront faire le plein d’informations et d’arguments. Mais cela ne doit pas être un obstacle à la présence de simple citoyenparent.

Infos au 02/507 72 11. Inscription sur 22mars2012@liguedesfamilles.be

 

La fusée est lancée. En route vers de nouvelles aventures démocratiques.

 

Denis Lambert,

Directeur général de la Ligue des familles

 

a