Nous sommes tous des locataires en puissance

18 février 2015


La Ligue des familles met tout en œuvre pour faciliter l’accès à un logement et améliorer la relation entre propriétaires et locataires. Une proposition réaliste et innovante est sur la table. Le 17 mars, une Université de printemps, en présence des ministres wallon et bruxellois du Logement, abordera les garanties locatives et les aides aux propriétaires.

Le droit à un logement décent est un droit fondamental, indissociable du « droit à mener une vie conforme à la dignité humaine » (article 23 de notre Constitution). C’est une évidence, chacun a besoin d’un logement. Encore plus lorsque l’on vit avec un ou des enfants.
Or, ce droit n’est pas respecté : trop de personnes vivent à la rue ou dans des logements insalubres. Trop de personnes se heurtent à des difficultés d’accès à un logement à certains moments de leur vie. C’est une réalité qui touche de plus en plus de gens. Question de crise économique et d’appauvrissement des ménages, bien sûr. Mais pas seulement. Aujourd’hui, les mutations qui traversent les familles ont renforcé les besoins en matière de logement. Fini, le mythe « une famille, une maison pour la vie ».
Séparation, passage par la monoparentalité, recomposition, re-recomposition… nos parcours d’habitats vont et viennent d’un logement à l’autre, entre location et propriété. L’entrée dans la vie professionnelle plus tardive, l’instabilité professionnelle et les déménagements répétés rendent le passage par la location inévitable. Même avec une brique dans le ventre, nous sommes tous des locataires en puissance.

La Ligue des locataires et des propriétaires

Nos membres et nos lecteurs sont des locataires et des propriétaires. Ils sont urbains et ruraux, jeunes parents et grands-parents, aisés et défavorisés économiquement, avec un enfant et famille nombreuse, en couple ou seul(e). Ils sont…
Cette diversité est la richesse de la Ligue des familles. Cette pluralité, c’est la capacité de la Ligue des familles à réunir des points de vue différents et des intérêts divergents. C’est là notre force. Rassembler, dans le respect de chacun, des mondes souvent séparés, voire en conflit. En matière de logement, c’est loin d’être un détail. Les difficultés entre locataires et propriétaires pourrissent la vie de tout le monde. Elles sont bien plus complexes que de simples conflits entre gentils locataires et méchants propriétaires. Ou l’inverse.
Pour avancer concrètement dans cette relation compliquée, la Ligue des familles met sur la table une proposition qui répond à un besoin urgent de nombreuses familles en difficulté et favorise le dialogue entre propriétaires et locataires.

Les garanties locatives et aides aux propriétaires

La Ligue des familles propose de mutualiser les garanties locatives dans une coopérative à finalité sociale, soutenue par chacune des deux Régions (Wallonie et Bruxelles-Capitale). Concrètement, au lieu de déposer l’équivalent de 2 mois de loyer sur un compte bloqué à la banque, vous les versez dans la coopérative.
Pour vous, rien ne change. Vous récupérez la somme et ses intérêts à la fin du bail. Si vous avez des difficultés pour l’avancer, alors la coopérative vous fait un prêt à taux zéro ou vous octroie une allocation. Vous êtes propriétaire-bailleur, rien ne change non plus si ce n’est qu’en cas de dégradation ou non-paiement du loyer, une médiation est proposée.
L’intérêt pour tous : centraliser toutes ces petites sommes dans un même Fonds génère des intérêts qui l’autonomise financièrement et permet un accompagnement social du locataire si nécessaire (plus de détails sur la proposition page précédente).
Pour créer une adhésion à cette mutualisation des garanties locatives et concilier les intérêts des propriétaires et des locataires, nous proposons également des aides aux propriétaires : primes énergie ou assurance loyers impayés.
Soulignons ici que les vents nous sont favorables. À l’heure du renforcement des compétences des deux Régions en matière de logement (régionalisation du bail, bonus logement, etc., voir la 6e Réforme de l’État), c’est la première fois que les garanties locatives sont au programme des deux Déclarations de Politique Régionale bruxelloise et wallonne. La question est plus encore d’actualité depuis la proposition de résolution déposée par le député Dermagne au parlement wallon, le 3 février dernier.

L’Université de printemps

La proposition de la Ligue des familles est chiffrée budgétairement et modélisée économiquement. Imparfaite dans ses contours juridiques et financiers, elle a pour ambition de faire avancer le débat. Nous voulons que, dès cette législature, des solutions concrètes soient enfin adoptées en matière de garanties locatives. Ces solutions doivent également améliorer la relation entre les propriétaires et les locataires. D’autres pistes que la nôtre sont déjà à l’étude. Tant mieux. L’essentiel est le résultat.
Lors de cette journée, nous donnerons la parole aux spécialistes : CPAS, administrations régionales, Fonds du logement, syndicats des propriétaires et des locataires, expert financier, juriste et représentants d’associations. Nous inviterons également le directeur d’une agence de garanties locatives anglaise qui a largement inspiré notre étude.
Et enfin, nous interpellerons les deux ministres régionaux, Céline Fremault et Paul Furlan sur leurs intentions et leur avis sur la proposition.
Cette journée est ouverte à tous publics. Parce que le logement, c’est notre affaire à tous. Venez nombreux !

Delphine Chabbert, directrice des Études et de l’action politique