Le Ligueur, votre magazine de parents

19 décembre 2018


Le Ligueur vous accompagne depuis presque septante ans. Un bel âge pour un magazine papier fort d’une redoutable expérience et devenu incontournable dans le monde merveilleux mais impitoyable des parents. Le voilà qui perd une plume et s’apprête à écrire une nouvelle page.

Le Ligueur, votre magazine de parents

Une fois n’est pas coutume, cet édito ne sera pas consacré à une énième réforme des allocations familiales ou des crèches, dans l’intention de vous informer des évolutions des politiques familiales et de l’action de la Ligue des familles pour défendre l’intérêt des parents. À situation exceptionnelle, édito exceptionnel. Cette page sera consacrée à votre magazine et, un tout petit peu, pour ne pas la gêner, à sa rédactrice en chef qui s’apprête à nous quitter. Bref, un édito un peu narcissique mais complètement assumé avec l’ensemble de la rédaction.

Hommage à une rédactrice en chef

Alors toute jeune journaliste, Myriam Katz a rejoint la rédaction du Ligueur il y a tout juste quarante ans, pas moins. C’est en 1992 qu’elle prend les rênes de la rédaction pour ne plus les lâcher jusqu’à ce numéro, dernier d’une longue et exemplaire carrière. 
Femme de convictions, Myriam Katz a marqué l’histoire du Ligueur comme celle de la Ligue des familles, par la qualité de son travail, un fort investissement et une personnalité éclatante. Voici en quelques mots aujourd’hui ce que nous voulons partager avec vous.

► Myriam Katz a su faire évoluer ce magazine, prendre les virages indispensables pour suivre l’extraordinaire chamboulement des familles et répondre aux défis économiques complexes du monde des médias.
►  Elle a donné de la chair à une forme de journalisme alors inédite : « l’investigation parentale ». C’est-à-dire regarder le monde avec des yeux de parent, le comprendre et le décoder pour accompagner au mieux tous ces adultes qui remplissent la formidable mission d’éduquer des enfants.
►  Elle a défendu son « projet » sans relâche, pas simple dans un univers associatif qui n’est pas entièrement dédié à la production et à la diffusion d’un média.
►  Elle a voulu apporter du moelleux à une réalité de parents faite de grands bonheurs mais aussi d’une multitude de petits et grands soucis.
►  Enfin, Myriam est une collègue délicieuse, drôle, au regard acéré qui nous a tous tirés vers le haut. Pour tout cela, nous la remercions.

Le Ligueur, le cœur de la Ligue des familles

Myriam Katz a l’habitude de dire que le Ligueur est un « accident » dans l’histoire de la Ligue des familles. C’est vrai que rien a priori ne destinait ces familles réunies il y a près d’un siècle pour défendre leurs droits (et donnant naissance aux Fonds du logement, aux allocations familiales, aux bourses d’études, etc.,) à devenir un éditeur de médias. Rien. Et pourtant, au fil des années, le Ligueur a pris une place centrale dans l’action de la Ligue des familles.

► Parce que le besoin d’information est devenu essentiel dans la vie d’aujourd’hui, le Ligueur vous offre depuis toutes ces années une information fiable, de qualité, renouvelée et adaptée à vos besoins de parents.
► Parce que notre monde mute à vitesse grand V, le Ligueur a su se moderniser et s’ouvrir à de nouvelles thématiques (grands-parents, handicap, consommation responsable, échanges et solidarité, etc.) et à de nouveaux supports (site web, réseaux sociaux, etc.).
► Parce que la Ligue des familles a plusieurs cordes à son arc, le Ligueur offre une cohérence et renforce les liens entre son action politique, son action sur le terrain en éducation permanente et avec les volontaires et son offre concrète de services et avantages.

Qu’une association comme la Ligue des familles dispose d’un « vrai » média comme le Ligueur est une chance, une richesse même. Ce magazine est bien sûr imparfait. Il est à l’image de son public, les parents, inévitablement imparfaits avec leurs enfants, mais bien décidés à faire du mieux qu’ils peuvent.
Une nouvelle page s’ouvre ici avec de formidables défis à relever : le développement des médias numériques, le maintien d’un magazine papier qui a encore pour nous tout son sens, l’animation d’une communauté de parents sur les réseaux sociaux et dans la « vraie » vie, l’offre de nouveaux contenus, une plus grande réactivité et des nouveaux supports plus attractifs…
Et puis être toujours plus proche de notre public, les parents : mieux répondre aux envies de lecture des plus jeunes, refléter la diversité de toutes les parentalités, défendre les intérêts de toutes les familles avec une attention toute particulière à celles qui en ont le plus besoin, s’ouvrir davantage aux familles des milieux populaires et à l’interculturalité.
En un mot, le Ligueur doit continuer à faire ce qu’il sait faire depuis toujours : donner la voix aux parents. À tous les parents. Avec un regard bien de son époque, il doit offrir un territoire où on se retrouve et où on résiste. Si le Ligueur perd aujourd’hui son éminence grise, son cœur reste intact.
En attendant, nous vous souhaitons de joyeuses fêtes.
Et à Myriam, à notre Madame Katz nationale, nous lui souhaitons le meilleur pour la suite, avec ses enfants, petits-enfants, ses amours, ses amis et sans doute encore mille projets à inventer.

Delphine Chabbert, secrétaire politique de la Ligue des familles et la rédaction du Ligueur (Martine Gayda, Aya Kasasa, Anouck Thibaut, Estelle Watterman, Yves-Marie Vilain-Lepage et Romain Brindeau)