Nos priorités pour le Pacte pour un enseignement d’excellence

10 octobre 2016


Lettre ouverte à la Ministre de l’enseignement, au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et aux président-e-s de partis politiques.

Madame la Ministre de l’Enseignement,

Chers membres du Gouvernement,

Monsieur, Madame, président-e de parti politique

Il y a plus de 50 ans, notre pays s’est doté d’un premier Pacte scolaire. Alors que les mémoires retiennent la « guerre scolaire » qui a précédé, celui-ci a permis l’instauration d’une école moderne. Les artisans de ce Pacte, représentant l’ensemble des couleurs politiques de l’époque ont construit cette école sur 3 grands principes : la paix scolaire, à travers un investissement public massif auprès de chaque réseau, la liberté du choix de l’établissement des parents pour leurs enfants et la gratuité scolaire pour tous les élèves de l’enseignement obligatoire[1].

Sous cette législature, vous avez posé un choix volontariste. Celui d’ouvrir la voie à une refondation de l’école au travers d’un nouveau Pacte : le Pacte pour un Enseignement d’Excellence. Nous nous en félicitons. Une première : la mosaïque d’inégalités qui impactent la réalisation du droit à l’école -jusqu’ici tue- a été actée. Et au cours de cette année 2016, de nombreux acteurs ont mis sur le métier des propositions de mesures pour réformer l’école.

A l’heure de faire des choix pour la mise en œuvre d’un nouveau Pacte : « Le Pacte pour un enseignement d’excellence », nous nous permettons de vous adresser ce qui nous semble être les 5 priorités qui doivent guider la réforme de notre système éducatif pour les dizaines d’années à venir.

  • 1. Un investissement d’ampleur dans l’enseignement maternel : la qualité de l’accueil et de l’offre éducative des jeunes enfants à l’école est décisive pour la suite de leur parcours scolaire. Il est important d’investir à ce moment-là pour, dès le départ, avoir une action efficace contre les inégalités. 
  • 2. Une pleine et entière gratuité de l’école obligatoire. Un plan phasé, par niveau d’enseignement et par type de frais, a été établi dans le cadre du Pacte. La mise en œuvre par étape de ce plan est indispensable, une fois encore, pour agir contre les inégalités et faire appliquer le droit belge et les Conventions internationales ratifiées par la Belgique relatives au droit à l’éducation.
  • 3. Un tronc commun qui assure une formation générale, polytechnique, sportive, artistique. Autre proposition phare inscrite dans le rapport du Pacte, nous insistons sur sa mise en œuvre jusqu’aux 15 ans minimum de l’élève.
  • 4. Un plan ambitieux de lutte contre l’échec scolaire,via prioritairement une intégration du travail personnel dans le temps scolaire, encadré par des professionnels, une remédiation et un suivi individualisé et continu des élèves et l’arrêt progressif du redoublement.
  • 5. Une école démocratique et inclusive, via l’accessibilité des établissements et des apprentissages à tous les élèves et le respect de la participation des élèves et des éducateurs dans la vie à l’école.  

Chers membres du Gouvernement, nous attendons une véritable ambition, un Pacte du 21ème siècle pour une école juste. La mise en place d’un tel Pacte et la mobilisation de tous les acteurs éducatifs exige du temps. Raison pour laquelle nous attendons des responsables politiques un engagement au-delà des échéances électorales et la garantie, quelle que soit la majorité politique de demain, de poursuivre ce vaste chantier indispensable à notre démocratie.

Veuillez recevoir, Madame la Ministre, chers membres du Gouvernement et Monsieur, Madame président-e de parti politique,  l’expression de nos sentiments distingués.

 

 

 

Séverine Acerbis, Directrice de Bruxelles Accueil et Développement pour la Jeunesse et l’Enfance

Delphine Chabbert, Secrétaire politique de la Ligue des familles

Bernard De Vos, Délégué Général aux Droits de l’Enfant

Christine Mahy, Secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté

 


[1] Loi du 29 mai 1959 modifiant certaines dispositions de la législation de l’enseignement (dite « loi du Pacte scolaire »).