Réponse à E. Dujardin

4 septembre 2017


Pour ceux qui ont lu le billet d’Etienne Dujardin publié le 31/08/2017 sur le site www.LaLibre.be (âmes sensibles s’abstenir), voici la réponse de La Ligue des familles.

Cher Monsieur Dujardin,

Permettez-moi de vous adresser ce commentaire pour rétablir la vérité sur la situation de l’ASBL que j’ai le bonheur de diriger, à savoir La Ligue des familles.

Vous nous adressez de nombreux reproches et principalement celui de notre mode de financement – essentiellement public -. Nous serions coupés du monde. Je vous invite à vous pencher sur les comptes annuels de notre association pour comprendre que la part de financement public de notre association n’a cessé de diminuer durant ces dernières années. Bien heureusement, nous disposons aussi de ressources propres provenant des cotisations de 40.000 familles francophones. S’agit-il dans ce cas-là de financement public ? Auriez-vous une bonne nouvelle à nous annoncer concernant une éventuelle déductibilité de cette dépense pour nos membres affiliés ? Et, pour être complet, j’ajouterais que nous sommes également éditeur de trois magazines (Le Ligueur, Le Ligueur et mon Bébé et Le Ligueur du Mouvement) qui, pour les deux premiers, génèrent des recettes publicitaires qui ne proviennent pas des campagnes d’intérêt public.

Vous brandissez la bannière du défenseur du pluralisme en nous reprochant d’avoir le monopole de la pensée unique. Je ne sais si La Ligue des familles constitue une exception en la matière, mais question pluralisme, je crois que nous avons peu de leçons à recevoir. J’en veux pour preuve les conclusions qui sont ressorties de tables rondes qui ont réuni des parents de tout horizon avant ces dernières vacances et dans lesquelles les participants nous taxent tantôt de « cathos », tantôt de « bobos », tantôt de « gauchos ». Notre étiquetage politique varie suivant les convictions de celle ou celui qui est interrogé. Et cela me réjouit car cela prouve que notre action dépasse les clivages partisans. La seule – mais très lourde - mission dont nous nous sommes dotés est le soutien à la parentalité sous toutes ses formes. J’ajoute que nous réalisons, sur fonds propres, de nombreux sondages auprès des parents pour appréhender leurs besoins, attentes et opinions, le plus médiatique d’entre eux étant certainement notre baromètre qui permet de récolter, chaque année, des données auprès de plus 2.000 familles.

Vous épinglez notre association en parlant d’hémorragie de nos membres. Je vous rassure – ou pas ? – depuis trois ans, la barre s’est redressée. Vous évoquez un virage à gauche depuis un changement de direction. Vous ignorez peut-être qu’il n’y a que 4 ans que j’occupe la fonction.

Enfin, vous semblez – et c’est un euphémisme – nous reprocher de nous soucier du Pacte d’Excellence et du système des allocations familiales. C’est justement l’attitude inverse que vous auriez pu dénoncer. Nous disposons d’un service Etudes dont le sérieux et les compétences sont unanimement reconnus ; nous ne ménageons pas nos efforts pour sensibiliser, porter le débat auprès du grand public via les médias externes et pour faire valoir, auprès de nos responsables politiques, la voix des parents. Il ne vous aura pas échapper que nous accordons une attention particulière aux familles fragiles : aux revenus modestes, monoparentales, confrontées à un handicap… Vous ignorez peut-être que, dans le cadre de la réforme des allocations familiales, nous avons lancé une pétition qui a récolté, en à peine 2 mois, plus de 10.000 signatures en faveur de notre proposition. Nos responsables politiques, seraient-ils inconscients et/ou incompétents ? Puisqu’à ce jour, Région Wallonne, Flamande et Germanophone ont toutes opté pour la formule que nous avons proposée.

Last but not least, si je suis votre raisonnement, nous devrions rester dans un rôle de figuration. Et bien non ! Notre mission est la défense des parents et nous l’assumerons jusqu’au bout, avec enthousiasme et conviction dans une démarche pluraliste. Nous serions d’ailleurs enchantés de vous compter parmi toutes celles et tous ceux qui nous font entendre leur voix sur les questions de la parentalité et participent à nos actions. Dois-je souligner que votre article est un camouflet envers ces citoyens volontaires qui, au sein des ASBL, donnent de leur temps et de leur énergie pour une société plus juste et solidaire ? N’avez-vous pas pris la mesure du formidable effet multiplicateur de forces vives que constituent le réseau d’ASBL pour le bien-être de tous ?

Patrick Binot - (nouveau) Directeur général de La Ligue des familles (depuis 4 ans tout de même)