Congé payé pour les parents qui gardent leurs enfants : où en est-on ?

7 avril 2020


Vous êtes très nombreux.ses à nous faire part de vos difficultés à trouver des solutions de garde pour vos enfants ou à télétravailler tout en vous occupant de vos enfants. Nous souhaitons dès lors vous tenir informé.e.s de toute évolution de la situation.

La Ligue des familles réclame un dispositif permettant aux parents de ne pas travailler pour s’occuper de leurs enfants, dans la situation actuelle, tout en étant correctement rémunérés. Il pourrait s’agir d’une indemnité octroyée aux parents via l’assurance maladie-invalidité, comme c’est le cas en France ou au Luxembourg, ou d’une nouvelle modalité du congé parental (à condition qu’il soit bien mieux rémunéré, utilisable à la semaine, et s’additionne aux 4 mois existants, que certains parents ont déjà épuisés). On peut envisager encore d’autres manières de faire tant que c’est accessible à tous les parents qui en ont besoin - y compris les indépendants - et à même d’être mis en place rapidement. 

Où en est-on ? La Ligue des familles a interpellé le Conseil national de sécurité via la Première ministre Sophie Wilmès le mercredi 11 mars, dès que les premières écoles ont fermé leurs portes. Nous nous sommes ensuite adressés aux chef.fe.s de groupes politiques à la Chambre le 17 mars et avons fait connaître notre requête via les médias. Enfin, nous avons interpellé la Ministre fédérale de l’Emploi, Nathalie Muylle, avec le Gezinsbond, le 20 mars.

Faute d'obtenir une solution politique pour les parents en souffrance, la Ligue des familles a lancé le 27 mars, avec le Gezinsbond, une pétition en faveur d’un congé spécifique. La pétition a recueilli plus de 17300 signatures en 10 jours. Ces nombreuses signatures renforcent notre conviction : une solution doit être dégagée pour soutenir les familles qui souffrent aujourd'hui des mesures de confinement. Les discussions sont désormais dans le camp politique. Si notre message est désormais entendu et porté par plusieurs partis, aucun accord n'a pu être dégagé à ce jour.

Réponses d’Ecolo-Groen, du CDH, du PTB, du MR, du PS, de l’Open VLD, du sp.a et de Sophie Wilmes

Côté francophone, nous avons reçu plusieurs réactions politiques : d’Ecolo, du CDH, du MR et du PTB. Le député Ecolo Gilles Vanden Burre nous a répondu sur Twitter qu’un tel congé devenait « urgent » et qu’Ecolo défendrait cette mesure auprès du gouvernement. Depuis lors, Ecolo a présenté son modèle et le met sur la table du gouvernement. Le PS se montre favorable. La députée Catherine Fonck (CDH) nous a quant à elle indiqué que le sujet était sur la table des discussions. Si le CDH indique "prendre note" de notre demande, ils précisent que "la priorité est à l'unité". Le chef de groupe PTB Raoul Hedebouw nous répond que son parti réclame aussi « un congé de garde automatique pour les parents qui s’occupent de leurs enfants » et qu’il « continuera à faire entendre sa voix dans ce dossier ô combien essentiel ».

Le MR se montre opposé à la proposition. Pour Georges-Louis Bouchez, "les parents qui ne peuvent ni télétravailler ni trouver une solution de garde ont la possibilité de déposer leur enfant à la garderie organisée par leur école. [...] Je souhaite donc à présent consacrer nos moyens budgétaires à la relance [...]". Sophie Wilmes a renvoyé notre demande vers les Minitres et conseillers en charge de cette matière.

Défi n'a pas donné suite à notre e-mail, ni la Ministre Muylle. Son cabinet s’est toutefois exprimé au sujet de cette idée d’un congé pour les parents dans le quotidien flamand De Morgen, indiquant que la question était examinée mais qu’il était nécessaire, avant toute chose, de demander de la souplesse de la part des employeurs.

Côté néerlandophone, nos collègues du Gezinsbond ont reçu des réponses du sp.a, qui indique « avoir mis cette proposition sur la table des présidents de partis la semaine dernière », de Groen, qui soutiendra la mesure tout comme Ecolo, et de l’Open VLD, qui estime « important que les employeurs soient compréhensifs et flexibles », mais considère que « compte tenu de la situation économique actuelle, un nouveau dispositif de congé n’est pas une bonne idée ». Les libéraux flamands souhaitent que « le plus grand nombre de personnes possible travaillent », dans le respect des normes sanitaires.