Les familles d’aujourd’hui et la mobilité

19 décembre 2016


Les résultats de l’enquête de la Ligue des familles « Parents mobiles »

Résumé

Pour la Ligue des familles, les problèmes de mobilité ne se résument pas aux difficultés des navetteurs, aux affaissements des tunnels à Bruxelles, au chantier du RER et au taux de CO2 que nous respirons. La mobilité est également un casse-tête quotidien pour les parents. Que ce soit en voiture, en train, tram, bus ou métro, de plus en plus de parents nous disent la galère pour leurs déplacements. Et ces difficultés s’aggravent.

Se déplacer, la galère
Un an après les élections communales de 2012, la Ligue des familles a mené une campagne « Parents, ouvrez-là ! » invitant les parents à interpeller leurs élus sur leur action dans la commune. La première préoccupation exprimée fut la mobilité. La tournée du matin entre la crèche, l’école et le sprint pour arriver à l’heure au boulot… parents-taxis pour emmener les ados à leurs activités extrascolaires, le stress d’être coincé dans les embouteillages et d’arriver après la fermeture de la crèche, etc. Les demandes de ces parents, de communes rurales ou péri-urbaines wallonnes, et aussi de Bruxelles, convergeaient : des transports en commun de qualité, accessibles financièrement, fiables, couvrant mieux les territoires ruraux ; des espaces urbains plus favorables aux piétons et aux cyclistes ; davantage de sécurité sur les routes et dans les transports en commun, particulièrement pour les jeunes qui voyagent seuls.

Parce que nos vies sont plus compliquées, la question des déplacements devient aiguë. De plus en plus d’enfants vivent dans deux domiciles suite à la séparation des parents. Les parents changent plusieurs fois d’emploi dans leur carrière du fait de la flexibilité accrue dans les entreprises. Les deux entraînent souvent des déménagements. Aujourd’hui, ce sont trois mobilités qui se conjuguent dans la vie des parents : une mobilité conjugale (je change de compagne/compagnon), une mobilité résidentielle (je déménage), une mobilité professionnelle (je change de travail). Cette addition a, à l’évidence, un impact sur le temps passé dans les déplacements.

Des politiques publiques à la traîne

Pendant de nombreuses années, les réponses apportées aux difficultés de mobilité se voulaient simples : autoroutes, mise en concurrence des transports en commun, promotion de la voiture (de société), déplacement des lieux de travail loin des villes engorgées, etc. Bien des pistes ont été explorées, nombreuses furent les erreurs commises par mauvais choix et manque total d’anticipation. Plus grave est aujourd’hui l’absence de réponse politique forte pour répondre à ces besoins et contenir les difficultés vécues par des milliers de parents travailleurs ou en recherche d’emploi.

Si en l’espace de seulement trois générations, la mobilité a été un moteur de progrès humain, elle est aussi devenue une source de coûts humains, sociaux, environnementaux et économiques. Nos vies actuelles, plus instables que celles de nos grands-parents, n’arrangent rien.

L’Université de printemps sur la mobilité

La Ligue des familles est convaincue de la nécessité d’une réflexion globale sur les questions de mobilité : déplacements quotidiens domicile-travail, après le travail, le week-end, pendant les vacances, d’une maison à une autre… Et y a consacré son Université de printemps, le 14 avril 2016.

François Bertrand, sous la Direction de Delphine Chabbert

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger