Ce que coûte l’année scolaire aux parents

19 décembre 2016


Les résultats de l’enquête de la Ligue des familles

Préambule : l’école, loin d’être gratuite en 2016

A l’occasion de la publication de son enquête annuelle sur les frais scolaires, la Ligue des familles dénonce les coûts pour les parents dans l’enseignement qualifiant et des pratiques illégales qui persistent dans toutes les filières. Et propose une stratégie pour atteindre la gratuité, par étapes.

Enquête 2016, des chiffres significatifs
521 familles pour presque 1000 enfants ont répondu à cette nouvelle enquête de la Ligue des familles. Un bel échantillon, non représentatif des familles vivant à Bruxelles et en Wallonie, mais des chiffres significatifs sur le coût de l’école en maternelle, primaire, secondaire général et dans l’enseignement technique et professionnel.

Quelques bonnes nouvelles
L’école maternelle est quasi gratuite pour la majorité des parents : 280 € le coût moyen d’une année, repas compris. C’est déjà ça. Autre bonne nouvelle, 99% des factures sont réglées par virement bancaire. Autrement dit, les élèves ne sont plus convoyeurs de fonds. Finis les risques et les stigmatisations. Cette évolution positive est liée à l’obligation pour les écoles de facturer tous les frais demandés aux parents via un ’’décompte périodique’’. C’était une revendication de la Ligue des familles pour plus de transparence, de prévisibilité et de protection des élèves vis-à-vis des transactions d'argent dans l’école. Enfin, les parents sont mieux informés : 35% connaissent les règles sur les frais autorisés et interdits, contre 5% l’an dernier. Une amélioration même s’il reste du chemin à faire pour presque 2 parents sur 3.

Ce qui ne change (hélas) pas
Nous le répétons d’année en année : l’école devrait être gratuite. C’est inscrit dans la Constitution belge et dans plusieurs textes de droit internationaux. Mais la réalité est toute autre. En 2016 encore, de grandes disparités existent d’une école à l’autre. Pas normal. Autre confirmation, les impacts sur les familles sont importants : plus d’1 parent sur 4 a dû rogner sur son budget pour la scolarité de ses enfants. Certains frais exceptionnels sont exorbitants : 1 parent sur 4 paye plus de 1000 euros les sorties et voyage scolaires. Enfin, La facture est lourde à la rentrée et tout au long de l’année. Les fournitures scolaires représentent un quart des dépenses. Enfin, 15% des parents sont confrontés à des frais interdits et plus d’1 parent sur 2 à des frais litigieux. Cette année encore des écoles ont facturé les bulletins, ou le journal de classe. Inadmissible.

Enseignement qualifiant, la triple peine
On le savait mais. Mais les chiffres sont édifiants. Le coût d’une rentrée dans l’enseignement technique de qualification ou professionnel est équivalent à un mois de salaire d’un ouvrier : plus de 1000 euros le mois de septembre. Ces jeunes et leurs familles sont confrontés à une triple peine :
1. Une partie d'entre eux arrivent avec une étiquette de « relégués » dans un enseignement qu’ils n’ont pas choisi.
2. Les frais auxquels ils doivent faire face sont bien plus élevés que dans le général.
3. Parfois le coût plus élevé d’une filière par rapport à une autre empêche certains jeunes de suivre la formation de leur choix.

Cette triple peine n’est pas tolérable. Le matériel directement lié aux apprentissages doit être fourni aux élèves.

Des allocations familiales utilisées pour payer l’école
Les enquêtes le montrent : les familles utilisent en grande partie leurs allocations familiales pour payer les frais liés à la scolarité. Le coût moyen d’une année correspond environ à une année d’allocations familiales (pour un 1er enfant). Ces allocations, fruit de la solidarité via la Sécurité sociale, ont pour objectif de garantir à chaque enfant des conditions de vie dignes, de soutenir les parents pour faire face au coût de l’enfant et permettre le renouvellement des générations. Et non pour payer ce qui devrait être gratuit. C’est une mauvaise gestion des ressources collectives, cela renforce les inégalités et cela appauvrit les familles.

Une stratégie pour arriver à la gratuité pleine et entière de l’école
La Ligue des familles a travaillé activement, dans le Pacte pour un Enseignement d’excellence, à élaborer une stratégie pour atteindre la gratuité scolaire. Trois étapes sont proposées :

  • Commencer par organiser la gratuité complète dans le maternel, puis dans le primaire et enfin dans le secondaire.
  • Avancer vers la gratuité par types de frais : d’abord fournir à chaque élève tout le matériel nécessaire aux apprentissages (comme en Flandre), puis étendre progressivement à d’autres frais liés aux sorties, aux voyages, aux activités extrascolaires et aux repas.
  • Mettre en place une stratégie spécifique pour les frais liés à l’enseignement qualifiant.

La Ligue des familles demande expressément au gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles de faire de la gratuité scolaire une priorité pour la mise en oeuvre du Pacte. Sans quoi cette stratégie n’aura aucune chance d’être mise en oeuvre un jour. Il faut en effet garder à l’esprit que s’il arrivait qu’un parent porte plainte contre les pouvoirs publics, la Fédération Wallonie-Bruxelles serait contrainte de trouver des solutions dans l’urgence, selon Xavier Delgrange, expert au Conseil d’Etat. Et l’urgence, ce n’est jamais bon. Pour personne.

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger