Quand un décès survient dans la cellule familiale

1 novembre 2020


Résumé

Dans notre pays, près de 10 000 enfants ou jeunes de 0 à 25 ans ont perdu leur papa, leur maman ou leurs deux parents. Au total, ce sont environ 7000 familles sur l’ensemble du territoire qui sont concernées par ces situations. En ce qui concerne le décès d’enfants, il n’existe à notre connaissance pas de chiffre relatif à l’ensemble des parents concernés. Mais on sait que chaque année, près 1000 enfants ou jeunes de 0 à 25 ans perdent la vie prématurément. Cette situation méconnue est donc tout sauf rare.

La mort d’un enfant ou d’un parent entraine des bouleversements profonds pour l’ensemble de la famille : difficultés financières, procédures administratives (voire judiciaires), modification des habitudes et routines familiales, altération des relations avec l’environnement social, professionnel, déménagement…

La Ligue des familles a voulu se pencher sur cette problématique difficile et se faire le relais des besoins exprimés par les familles.

Pour ce faire, nous sommes allés à la rencontre de familles touchées par un décès, pour prendre le temps d’entendre les difficultés qu’elles avaient traversées, et celles auxquelles elles sont toujours confrontées : problèmes financiers, lourdes démarches administratives, insuffisance du soutien psychologique, manque de temps pour entamer le travail de deuil, entraves à la reprise des activités professionnelles… Nous avons aussi pris contact avec des notaires, des associations de soutien aux familles, des services hospitaliers, des entrepreneurs de pompes funèbres, des psychothérapeutes, afin de mieux connaître les dispositifs déjà existants et identifier les éléments sur lesquels il était possible d’agir, en gardant toujours la focale sur les besoins exprimés par les familles.

Il est rapidement apparu que bien peu de dispositifs de soutien et d’accompagnement existent en Belgique, et que les familles endeuillées sont malheureusement trop souvent livrées à elles-mêmes.

Nous avons rassemblé les nombreux besoins recensés en quatre volets principaux : le besoin d’être soutenu contre la précarité économique, le besoin de pouvoir bénéficier d’un suivi psychologique dans la durée pour les parents et les enfants, le besoin de temps pour faire son deuil et retourner au travail ou sur le marché du travail dans des conditions décentes, et enfin le besoin d’une simplification administrative et plus globalement de la mise en en place d’une réelle politique d’accompagnement et de suivi lorsqu’un deuil survient dans une famille.

À partir des besoins exprimés par les familles, la Ligue des familles a élaboré une série de propositions très concrètes visant à corriger les dispositifs actuels et à soutenir adéquatement ces familles, aujourd’hui quasi absentes du débat public. La Ligue des familles appelle les responsables politiques à se saisir de cette problématique et à enfin développer des outils permettant de mieux répondre aux problèmes dont ces familles nous ont témoigné.

Lola Galer et Damien Hachez

Votre navigateur ne peut pas afficher des fichiers pdf, suivez ce lien pour le télécharger