Témoignages

 

Rebeca et Antoine, citoyens circassiens à Molenbeek

 

Ca y est... c'est d'éjà fini! Avec Rebeca, Antoine et leur fille Maé, le mois de juin clôture notre périple à la rencontre de toutes ses familles qui ont choisi de déposer leurs bagages ailleurs. Et sur une note joyeuse, les nouveaux voisins racontent avoir fait "des supers rencontres" à Molenbeek...

 

Antoine et Maria: sédentarisés à Huy, nomades partout ailleurs

 

Pour rencontrer la nouvelle famille "ICOCI", un arrêt à Huy, dans une maison entourée de caravanes. L'occasion d'une longue conversation avec Antoine et Maria, des gens du voyage sédentarisés "mais qui continuent à voyager"! Pour vaincre la méficance réciproque entre voisins lors de leur installation, ils leur ont tout simplement expliqué qui ils étaient, d'où ils venaient. Car les voisins, comme le dit si bien Antoine, c'est la famille la plus proche...

 

Youssef et Khadija: un peu de Maroc à Wavre

 

Devenir propriétaires : une aspiration importante pour Khadija, moteur du déménagement. Cartons faits, toute la famille a quitté Bruxelles pour s’établir à Wavre. C’est là que Youssef, son mari, et leurs quatre enfants, Imran, Bilal, Reda et Yassine, sont devenus de véritables Macas, comme les 1256 nouvelles familles accueillies officiellement lors d’une cérémonie de bienvenue organisée par la commune. Une facilité de plus pour s’intégrer, après le travail et les activités sportives pour les enfants. De Bruxelles à Wavre, le Ligueur aussi a fait le voyage.

 

Nathalie et Christophe, parents mobiles à Anderlecht

 

Nathalie et Christophe, parents mobiles à Anderlecht - © Bea Uhart

"Cette rue est un vrai village" s'enthousiasme Nathalie, en présentant le quartier dans lequel le couple a acheté une maison située dans le coeur historique de la commune d'Anderlecht, près de la station de métro Saint-Guidon. Elle se félicite de l'ambiance bon enfant, du bouche à oreille qui fonctionne mieux qu'internet et de l'attention portée aux seniors et aux bébés. Comme toujours, l'atout majeur: les bouclettes de Zita et le capital sympathie de Tom, leurs Papooses de 3 et 1 an...

 

Anne et Michael: expatriés à Woluwe-Saint-Lambert

 

Anne et Michael, expatriés à Woluwe-Saint-Lambert

Nos nouveaux voisins cette semaine sont expatriés, venus d'Allemagne pour que Michael puisse rejoindre son poste au Parlement européen. Les ressortissants de l'Union européenne représentent le groupe principal de ressortissants étrangers à Bruxelles. Si la commune multiplie les intitiatives pour accueillir ses nouveaux habitants, c'est surtout Philipp, leur petit garçon de 7 mois, qui facilite l'intégration!

 

Audrey et Nicolas, Slow Family à Silly

 

Audrey et Nicolas, slow family à Silly

Audrey, volontaire dans le groupe local de la Ligue des Familles de Silly, nous raconte l'installation de sa famille en Wallonie picarde. Cette semaine encore, un jeune couple qui a cédé à des envies de camapgne, renforcées par la venue au monde d'un petit bout. Et qui leur permettent de s'intégrer en répondant au défi lancé par le centre culturel et la commune: devenir une famille Zéro déchets! Permaculture, compostage, récupération: des activités qui favorisent les rencontres, Audrey et Nicolas sont mêmes devenus des ambassadeurs locaux de la communauté Zéro déchet!

 

Mohammad et Rogrina ont trouvé refuge à Braine-le-Comte

 

Mohammad et Rogrina ont trouvé refuge à Braine-le-Comte - © Bea Uhart

Une famille en exil. Mohamad et Rogrina ont quitté la Syrie pour fuir les bombes et les horreurs de la guerre. Un périple qui les a menés du Liban à la Turquie, où ils ont été pris en charge par le HCR avant d'être accueillis en Belgique. Avant Braine-le-Comte, c'étaient l'ennui et la solitude dans des communes où ils ne sont pas sentis accueillis. Beaucoup de belges les ont aidés ensuite, particulièrement la formatrice en français de Mohammad, qui a été un peu leur fée! Un déménagement pas comme les autres, pour Mohammad et Rogrina, et leurs enfants Fatima, Amir et Ayham, le bébé né en Belgique...

 

Sarah et Seydou ont choisi Molenbeek

 

Sarah et Seydou ont choisi Molenbeek - © Bea Uhart

Les cultures qui se côtoient, les langues qui chantent, les différentes nationalités: Sarah et Seydou ne regrettent pas de s'être installés à Molenbeek, commune bruxelloise dont la réputation a souffert des attentats de 2016. Sarah est allemande, Seydou sénégalais, leurs enfants, Ali et Anaïs deviendront sans doute de vrais petits bruxellois, puisqu'ils ont décidé de poser leurs valises et acheté un appartement. Entre inscription à la crèche, découverte des plaines de jeu, rencontre avec les voisins de l'immeuble: découvrez l'intégration de cette famille en anglais, français, allemand et peul...

 

Éric et Sophie, une famille de plus à Gênes!

 

Éric et Sophie, une famille de plus à Gênes ! - © Bea Uhart

Non pas Genova, sur les bords de la Méditerrannée, mais la ville wallonne de "Djên'n", en province du Luxembourg. Un emménagement concrétisé par un heureux mariage pour cette famille recomposée, puisque les enfants de Sophie, Clélia et Félix, partagent désormais leur maman avec Ken, le fils d'Éric. Leur arrivée dans le hameau a porté le nombre d'habitants à...80 personnes! Après la première rencontre avec le voisin d'en face, Elias, l'intégration s'est opérée de façon progressive dans le coeur des ardennais, avec lesquels  "il y a une vraie chaleur humaine": Éric et Sophie se considèrent comme étant chanceux.

 

Pascaline et Nicolas... de la ville aux champs de Florée

 

Des envies d'air pur et d'espace, un concours de circonstance qui fait du village d'enfance un havre de paix: pour Pascaline, un retour aux sources, puisque ses racines se trouvent à Florée, sur la commune d'Assesse. La vie au naturel et le bonheur de connaître rapidement la plupart des habitants, mais surtout, ce sont les cousins qui ont assuré l'accueil et facilité l'intégration de Pascaline, Nicolas et les quatre enfants: Violette, Balthazar, Fanny et Ulysse.

 

En habitat groupé avec Pierre et Marina

 

 

En visite au coeur du village d'Henripont. Marina a convaincu sa famille de rejoindre un habitat groupé. Un côté intergénérationnel qui fait partie de la démarche: ils sont plusieurs couples avec enfants mais l'habitat accueille aussi des personnes plus âgées. Après un déménagement, la dimension sociale offerte par un habitat groupé permet de concilier calme et ryhtme du monde rural à la chaleur de la vie partagée. Avec leurs deux filles, Lidig et Norig, retour à la campagne...

Echos de campagne…

 

Merci : vous avez été nombreux à vous confier, à partager les récits et anecdotes qui ont fait de votre déménagement dans cette ville inconnue, de votre installation dans ce nouveau quartier, de la découverte des alentours de votre désormais chez-vous un événement particulier et riche. Des témoignages au ton joyeux, parfois désabusé... La campagne bouge, continuez à vous raconter!

J'habite Anderlecht depuis un peu moins d'un an et j'ai le sentiment d'être chez moi depuis que les commerçants de proximité me reconnaissent. J'ai privilégié ces petits commerces plutôt que les supermarchés et chaînes de magasins et j'en suis très heureuse!

J'ai voulu habiter à la campagne car une de mes filles était malade. Mais en même temps,  j'ai isolé le reste de ma tribu. Et quelques fois, c'est dur...

Nous sommes assez isolés, géographiquement. Heureusement, depuis quelques années, la commune organise une journée pour l’accueil des nouveaux habitants, à l'initiative du nouveau bourgmestre, plus dynamique. Pour nous c'est trop tard, mais pour nos filles, ça a tout changé. Elles n'ont pas d'amis près de chez nous (il faut faire 25 km pour les voir), elles ont l'occasion de découvrir les nouveaux venus.

 

Luc et Charlotte: retour à Watermael-Boitsfort

 

Escale à Bruxelles, pour le retour de la campagne ICIOCI, au cœur de la commune de Watermael-Boitsfort. Une halte dans un havre de paix, chez Luc et Charlotte, installés dans la cité-jardin du Logis, rendue célèbre par le film Toto le Héros, vous vous souvenez ? Un retour aux sources pour cette famille recomposée : ça aide, pour ce qu’ils qualifient « d’accueil simple et naturel ». Mais c’est surtout grâce à la vitalité des associations qui la composent et la découverte d’un espace maraîcher ouvert à tous que leur « intégration » est un succès : comme partout, il peut y avoir des tensions avec certains voisins, liées à la réalité du quartier, parfois à la mixité sociale, mais ce sont ces mêmes voisins qui ont pris soin de leur souhaiter la bienvenue.

 

Sonia, Shana et Thaïs: merci à l’école communale

 

On embarque, direction Baudour, entre Mons et Saint-Ghislain. À la rencontre de Sonia et ses filles, Shana et Thaïs. Un déménagement de plus pour Sonia, originaire du Congo et ayant grandi en France, cette fois seule avec ses enfants. Leur chance ? C’est en priorité l’accueil qui leur a été réservé par l’école, une garderie qui ouvre avant 7h00 le matin... Et la présence d’Isis, le chat angora, bien décidé à s’installer avec elles.

 

La campagne s’anime !

 

Vous êtes nombreux à participer à l’état des lieux de la campagne. Mais ne soyez pas timides, nous sommes entre nous : n’hésitez pas à vous étendre et à donner plus de détails sur les initiatives qui existent près de chez vous. Le Ligueur adore vous lire et partager vos témoignages.

Comme celui qui nous vient du Bébérencontres d’Orp-Jauche, commune de 8700 habitants située près de Wavre où a débarqué Théodette, journaliste rwandaise. Décidée à ne pas rester isolée avec ses deux enfants, elle est allée à la rencontre d’autres parents en se rendant dans ce lieux qui accueille parents et bambins jusqu’à l’âge de trois ans. Une expérience si positive que la solidarité joue à plein régime : à la recherche de travail, Théodette s’est inscrite à l’auto-école et les voisins se mobilisent pour lui permettre d’atteindre son objectif. Baby-sitting pour sa petite fille, co-voiturage, quelques heures de pratique sur les routes de la commune… Bel accueil de la part des habitants des communes d’Orp-Jauche et d’Hélécine !

 

Éric et Katia, reçus 7 sur 7 à Sombreffe

Au fond de son sac, un fil d’or, que Katia garde précieusement. Offert par le voisin d’en face, c’est le symbole délicat de la bienvenue souhaitée à toute la famille lors de son installation à Sombreffe. Sept enfants dont quatre encore à la maison : Éric et Katia ont choisi d’installer leur tribu dans ce petit village de la province de Namur. Panier de bienvenue, catalogue d’activités, marché communal, collectif citoyen et découverte du local des `coulonneux´ : à Sombreffe aussi, on sait accueillir les nouveaux venus !

 

Rendez-vous place des amis avec Ayhan et Stéphanie

 

Courcelles, tout près de Charleroi. Nous rejoignons Ayhan Tazkin, sa femme Stéphanie et leurs deux enfants, Mae, 9 ans, et Léonie, 5 ans. C’est la première famille qui nous ouvre ses portes pour nous raconter son emménagement dans le quartier de Souvret après avoir quitté Marchienne. S’installer à sept kilomètres de son ancien chez soi, ce n’est pas le dépaysement du siècle, mais ça reste quand même une aventure. Nouvelles habitudes, nouveaux visages, découvrez comment la famille Tazkin s’est sentie accueillie.

La Ligue des familles utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.  J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus