Ce n’est pas parce qu’un bébé pleure
qu’il est « traumatisé »…

J’éprouve toujours de la peine quand j’entends des parents me demander si leur petit n’est pas « traumatisé » lorsqu’ils se permettent de le laisser pleurer un peu plus longtemps que d’habitude la nuit pour le forcer à trouver par lui-même le moyen de se rendormir, ou lorsqu’ils voient leur bambin rouge de larmes parce qu’il doit subir une attente un peu prolongée, ou encore parce qu’ils ont haussé le ton un jour de grande fatigue…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.