6/8 ans

« Je ne le reconnais plus… »

Ah, les fameux 7 ans, l’âge de raison… On sait bien qu'il se passe des tas de choses dans la tête de nos enfants à ce moment, mais, parfois, le changement est si rapide qu'on a du mal à suivre !

« Je ne le reconnais plus… »

Tommy est en 2e année primaire. Jusque là, c'était un petit garçon joyeux, sans problème en classe, invité aux anniversaires. Tout baignait ! Mais voilà que, depuis peu, rien ne va plus. Il embête sa sœur plus que de coutume, se réveille souvent la nuit. En classe, il rechigne à remplir ses carnets. Il a des soucis avec ses copains, recherche la compagnie de Hugo, un enfant qui pose problème et avec lequel il n'a pas que des bonnes idées.
Pourtant, il est dans une chouette école où le projet pédagogique insiste sur l'autonomie des enfants. Par exemple, dans différentes branches, ils ont des carnets à compléter dans un certain délai. Quand ils ont fini, ils ont activités libres - bibliothèque, dessin, etc. - en attendant que les autres enfants aient terminé. Dans cette école, il n'y a pas de barrière à l'entrée de la cour, mais une ligne rouge qu'il est interdit de franchir. Tommy l'a passée deux fois pour aller s'acheter des bonbons un peu plus loin.

De surveillé à surveillant

Parents et enseignants se sont rencontrés. Tommy s'est fait tirer les oreilles, on lui a rappelé l'interdit et que c'est dangereux de sortir seul de l'école hors de la surveillance d'un adulte. L'école réfléchira à une sanction. Tommy se pose mille questions, il ne comprend pas le sens de cet interdit. Pour lui, il n'y a pas de danger : le petit magasin se situe tout près sur le même trottoir, même pas une rue à traverser. La ligne rouge n'a pas de sens.
Pour les exercices dans les carnets, c'est pareil. Il y a des jours où il n'a pas envie de les faire, surtout ceux des branches qu'il aime moins. Pourquoi faire des choses qu'on n'a pas envie de faire ? Et Hugo, pourquoi brave-t-il tant les interdits ? Tommy voudrait comprendre. Alors, il essaie, il tente l'expérience pour voir ce que cela fait.
Quelques jours plus tard, la sanction de l'école lui est transmise : il doit assister l'enseignante responsable de la surveillance des petits pendant une récréation. Expérience concluante ! Les petits sont ravis d'avoir un grand pour jouer avec eux et Tommy y prend beaucoup de plaisir. Mais il se rend aussi compte de la difficulté de garder un œil sur tout le monde et que si un enfant quitte l'endroit surveillé, il n'est plus protégé : en cas de pépin, personne n'est là pour l'aider.

7 ans, l'âge de raison

Cette expérience permet à Tommy de mieux comprendre à quoi servent les règles. Non seulement celle de la ligne rouge, mais les règles en général. Elles sont parfois embêtantes, mais elles ne sont pas faites pour nous embêter. Elles sont là pour délimiter un espace de sécurité, de convivialité, et de plaisir. Tommy voit ses copains avec un nouveau regard : il y a Lucas qui, lors des disputes et bagarres, observe les choses sans prendre parti, même si cela concerne un de ses amis et sans ramener les choses à lui. Lucas a d'ailleurs été élu médiateur pour la classe et Tommy comprend pourquoi. Hugo, lui, ne fait que ce qui lui plaît, sans respecter les autres, constate Tommy, et il se retrouve souvent seul à la récré. Pour ses carnets, Tommy trouve aussi un truc : il remplace « pas envie » par « envie » ; il les remplit plus vite parce qu'il a envie d'avoir du temps libre et d'aller à la bibliothèque.
Du haut de ses 7 ans, Tommy vient de franchir un cap. La sanction de l'école a facilité ce passage. Les enfants de cet âge ont tous ce cap à passer et, bien souvent, ils reculent pour mieux sauter. Ils ont bien compris qu'il y a des règles à l'école, à la maison, chez les baladins ou quand on joue, mais ils espéraient pouvoir être le chef des règles et les aménager en fonction d'eux-mêmes et de leur bon plaisir. Pour vivre bien avec les autres, ils vont devoir quitter cette toute-puissance enfantine, sans quoi ils n'auront pas accès à la sécurité du groupe et au plaisir partagé.
Les parents ont parfois l'impression qu'un vent de tempête a soufflé sur leur enfant ou qu'un magicien est passé par là : c'est bien leur petit mais il n'est plus tout à fait le même. Il parle, pense, raisonne différemment. Il va falloir suivre !

Mireille Pauluis

BON À SAVOIR

► C'est souvent au cours des « 2es années » que des changements importants se produisent. En 2e maternelle par exemple, le petit comprend que l'autre peut penser autrement que lui. C'est fabuleux, il va pouvoir se mettre à la place de l'autre. En 2e secondaire, vous dites au revoir à une grande fille avant les vacances de Noël et, à la rentrée de janvier, vous avez devant vous une jeune fille qui parle, marche, se comporte tout différemment.

► Les sanctions négatives et humiliantes sont peu efficaces. Une sanction-mise en situation est beaucoup plus utile qu'un long discours moralisateur. Ceci est encore plus vrai dans les périodes de changement.

► Autour de 7 ans, les enfants se posent et nous posent mille questions. Ils nous interpellent, pointent nos incohérences, sont hypersensibles à l’injustice. Ils apprécient les discussions un peu philosophiques, les débats sur la vie, la mort, la société, le respect de soi et des autres. Ne laissons pas passer ces moments privilégiés.

► Observons-les, profitons de tous les petits moments de transition (navettes, salle d'attente, etc.) pour les écouter et bavarder avec eux.

► 7 ans, c’est aussi l’âge où ils perdent leurs petites dents ! Leur visage va se transformer, ils vont devenir grands. Ce ne sont plus nos petits loulous, ni dans leur tête, ni dans leur corps. Ce n'est pas pour rien qu'on appelle ce moment l'âge de raison.

Sur le même sujet

Il est intenable... Est-ce maladif ?

Votre petit ange est une terreur qui ne tient pas en place. À l’école comme à la maison, il mord ses copains et n’écoute plus personne. À bout, vous vous demandez si votre chérubin ne serait pas hyperkinétique ? Ce problème comportemental, qui est en fait qualifié de « trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) », est bien plus complexe qu’il n’y paraît et n’est, en réalité, pas si fréquent.