Vie de parent

« Papa, c’est qui Charlie ? »

Fusillade ce mercredi 7 janvier à la rédaction de Charlie Hebdo. Émotion, indignation… et questions de nos enfants aujourd’hui. Comment leur parler de ces sujets qui nous nouent la gorge ?

« Papa, c’est qui Charlie ? » - PHOTONEWS

Le choc, l’injustice, l’horreur. La tristesse aussi. Et au milieu de cette pagaille de sentiments, nos petits bouts qui  nous demandent : « C’est qui, Charlie ? ».
Que répondre ? Comment leur expliquer cette fusillade à la rédaction de Charlie Hebdo ? Pouvons-nous fermer les yeux, leur fermer les yeux sur toutes les horreurs de ce monde ? La tentation est parfois grande de ne rien dire, de juste laisser passer… mais ce n’est pas la solution.
Le monde des Bisounours, ce n’est pas ici. Et bercer nos enfants d’illusions ne les aidera pas à grandir sereinement. « Se taire n’est certainement pas une bonne idée, confirme le psychanalyste Vincent Magos, responsable du programme Yapaka. Les enfants entendront certainement parler de cette fusillade à l’école ou dans un groupe qu’ils fréquentent et ils perçoivent très bien les émotions de leurs parents. Ils vont se demander pourquoi, ce soir, la télévision n’est pas allumée à l’heure du JT, comme d’habitude. Cacher ses émotions ne sert à rien. Cela voudrait dire que les émotions ne sont pas humaines. Les parents peuvent être émus et montrer qu’ils le sont. Se blinder n’a aucun intérêt dans ce genre de situation. »

Interdiction… de jouer ?

Alors, on respire un grand coup et on répond à nos petits (ou grands), tout simplement, avec des mots de leur âge et un vocabulaire qu’ils comprennent. « C’est terrible. On est touchés. Et dire les choses, cela permet à l’enfant de continuer à vivre en se rendant compte que ses parents peuvent être émus mais qu’ils restent parents parce qu’ils lui parlent. Parler de ces événements terribles permet de continuer à vivre ensemble : on va à l’école, chez grand-maman… ». Et on rassure nos petits chéris, aussi. Car malgré la barbarie des actes, ils restent exceptionnellement rares. La police traque les coupables et il n'y a heureusement pas des tireurs partout, c'est bon de le rappeller.
« Ce qui est touché, au-delà de la liberté de parole, c’est la question du jeu, essentielle pour l’enfant et pour l’adulte dans sa vie quotidienne, ajoute Vincent Magos. Ce que faisait Charlie, c’est travailler avec nos angoisses et nos folies. Par le dessin, il transporte nos angoisses dans l’espace ludique. Rire de ce qui est catastrophique nous permet de vivre ensemble. La caricature nous fait jouer avec ce qui fait peur. Et ce jeu là est fondamental dans le social. Dans d’autres cultures, il y avait le fou du roi. Et sans le fou du roi, rien n’est possible, tout est serré. »
Oui, tout est serré. La gorge du journaliste Bertrand Henne ce matin sur la Première, ma gorge à moi, journaliste au Ligueur et maman qui a du mal à rester neutre ce matin en écrivant l’actu du jour.
Tout est serré… mais la vie continue. Mon article est quasi bouclé et la journée n'est pas finie. Tout est serré et un peu cassé aujourd'hui. Mais on sait qu’un crayon cassé en deux peut se retailler.

Estelle Watterman

On ne banalise pas les images chocs du web

Si on parle à nos bout de choux qui nous questionnent, on n’oublie pas d’encadrer particulièrement nos plus grands qui surfent en toute liberté sur les réseaux sociaux. Ils risquent très probablement de voir les images choquantes de ce policier blessé et agonisant, tué à bout portant. Là aussi, on en parle. Et on peut dire ce que ça suscite en nous. Ces images manquent de dignité. Et il ne faudrait pas les banaliser.

Et la Liberté d'expression, c'est quoi en fait? 

Et parce que cette fusillade visait des journalistes et leur liberté d'expression. Le Ligueur reviendra sur  la liberté de la presse dans son numéro (papier) du 28 janvier, dans les pages "Actu jeunes".

Une maman écrit à son ado

Sur les réseaux sociaux, les hommages se multiplient, les profils « Je suis Charlie » se  répendent et des parents s’expriment. Suite à cette fusillade de ce triste mercredi 7 janvier, Martine Cornil, ancienne animatrice de la RTBF, a écrit une lettre à son fils.

Sur le même sujet

Charlie Hebdo : vos enfants réagissent

Tous les médias ont relayé les faits, l’émotion et les manifestations de soutien face aux drames survenus fin de semaine dernière. Les enfants aussi ont réagi.

 

Liberté d’expression ? Vaste sujet, je t’explique

Ce 7 janvier 2016 est à l'hommage des célèbres caricaturistes tués dans les attentats terroristes contre la rédaction de Charlie Hebdo. Un an plus tard, ceux qui étaient encore un peu petits, et ceux qui se souviennent vaguement, posent des questions fondamentales auxquelles nous n’avions peut-être pas pris le soin de répondre si l’actualité ne nous avait pas frappés au cœur. Et parmi elles, une précieuse, à laquelle nous devons toujours prendre le temps et le soin de bien répondre : c’est quoi, la liberté d’expression ?

 
Accéder au site
Le Ligueur utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site web et permettre l’utilisation de ses fonctionnalités. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'accepte l'utilisation des cookies
En savoir plus