+18 ans

10 000 étudiants en Belgique dépendent du CPAS

10 000 étudiants en Belgique dépendent du CPAS - www.freedigitialphtos.net

Le Ligueur : Qui sont ces jeunes qui émargent au CPAS ?
Philippe Defeyt :
« En dehors de quelques jeunes de milieux privilégiés, l’immense majorité que nous aidons sont désargentés, sans soutien, issus d’une cellule familiale déglinguée. Ils nous disent : ‘Mon père s’est mis en ménage avec une femme qui ne veut pas me voir. Ma mère vit dans un petit studio ; chez elle, je dors dans le canapé‘. Les parents eux-mêmes n’ont pas d’argent, sont déjà aidés par le CPAS. Parfois, le jeune fait des conneries…
Pour d’autres, la seule difficulté notable, c’est le manque d’argent parce que leurs parents n’en ont pas ou ne s’occupent pas d’eux. Ou parce qu’il n’y a plus de parents. Ceux-là sont sans argent, mais ont les capacités d’entamer ou de poursuivre des études. J’insiste, de tous les systèmes d’activation dans les CPAS (trouver un emploi, suivre une formation, un stage d’insertion ou encore des études), le revenu d’intégration étudiant est un de ceux qui marchent le mieux. Le taux de réussite est relativement correct. »

CLAQUER LA PORTE !

L. L. : Quitter ses parents et recevoir presque automatiquement l’aide du CPAS, c’est possible ?
Ph. D. : « Non ! Contrairement à l’idée qui traîne encore, croire qu’il suffit qu’un jeune vienne frapper à la porte du CPAS pour ressortir avec un chèque en main est totalement faux. Des jeunes pensent que parce qu’ils se sont disputés la veille avec leur maman, c’est la fin du monde, le drame absolu, mais ce n’est pas un critère pour obtenir le revenu d’intégration. Comme pour n’importe quelle personne en difficulté, il y a enquête sociale. Et dans le cas des jeunes qui vivent toujours chez leurs parents, ce qui est le cas de l’immense majorité d’entre eux, une question est posée : y a-t-il de bonnes raisons pour qu’ils revendiquent leur autonomie ? »

L. L. : Le CPAS contacte-t-il les parents ?
Ph. D. : « Dans certains cas, c’est possible. Les parents peuvent donner leur avis, mais c’est nous qui tranchons, dans un sens ou dans l’autre.
Et puis, de temps en temps, nous avons des coups de fil de parents qui n’ont pas de nouvelles de leur enfant. Ils nous questionnent, mais la réponse est invariable : nous ne pouvons rien dire. Ni que le jeune dépend de nous, ni même qu’il est venu s’informer. C’est le secret professionnel absolu.
Ceci dit, on n’exclut pas qu’il puisse y avoir un avis différent des parents et du CPAS. On a affaire à une matière humaine, on peut se tromper. Et comme un père et une mère peuvent se laisser embobiner par leur jeune, le CPAS aussi peut parfois être embobiné par un jeune qui présente les choses à sa manière… »

PROJET D’ÉTUDES

L. L. : Certains CPAS poussent-ils aux études ?
PH. D. : « Ce n’est pas nécessairement comme cela que les choses se passent ! On essaie de trouver pour le jeune la meilleure solution qui n’est pas toujours de faire des études. S’il n’a pas les acquis voulus, par exemple, dire oui à un projet d’études amènerait un nouvel échec.
Attention : une partie importante des jeunes ne va pas entamer des études, mais les poursuivre. Un jeune de 18 ans qui n’a pas terminé le secondaire, par exemple, va demander de l’achever. Enfin, soyons modestes : les CPAS n’ont pas les compétences voulues en matière d’orientation scolaire, d’accompagnement scolaire… Ils doivent s’entourer de conseillers compétents. »

L. L. : Quand le projet d’études est accepté, que se passe-t-il ?
Ph. D. : « Il y a obligatoirement un contrat pour tous les 18-25 ans qui arrivent au CPAS. Le contenu varie. Un jeune qui étudie s’engage à suivre ses études, à faire ce qu’il faut pour les réussir, à rendre compte de ses progrès, en nous montrant ses résultats de janvier, par exemple. »

L. L. : Et s’il rate ? Peut-il recommencer ?
Ph. D. : « Vous mettez là le doigt sur une question très lourde pour les conseillers du CPAS. En effet, en janvier, on peut se rendre compte que cela flotte… On est comme des parents, on se pose les mêmes questions : ‘Pourquoi ? Il ne va pas au cours ? Il a du mal à se situer ? Il a été mal orienté ?’. En juin, le résultat est négatif et, comme les parents de nouveau, on attend septembre : le taux de jeunes qui réussissent généralement en juin est devenu extrêmement faible, il n’y a pas de raison que notre public ne suive pas les mêmes tendances. Arrive donc le moment fatidique de l’échec. On essaie de revoir le jeune, on tente de comprendre ce qui s’est passé et on se pose de nouveau les mêmes questions que dans toutes les familles : l’autoriser à redoubler, changer d’orientation, passer de l’unif à un bac ? On renvoie le jeune vers un test d’orientation… et on tranche, toujours comme des parents. »

L. L. : Vous dites que le CPAS doit appliquer une forme d’équité… À propos des autorisations d’études ?
Ph. D. : « Il faut une forme d’équité entre ceux qui sont dans nos CPAS et ceux qui n’y sont pas, mais ont des revenus presque aussi bas. On doit affronter cette réalité : je pense que dans un certain nombre de cas, d’un point de vue financier, des jeunes aidés par nos CPAS ont au moins autant, voire plus de facilités que des jeunes issus de la classe moyenne inférieure. Des jeunes dont les parents trinquent, qui n’ont pas la possibilité de permettre à leurs enfants de redoubler ou de recommencer dans une autre filière.
Et la seule manière d’assurer cette équité-là, c’est que la Fédération Wallonie-Bruxelles joue son rôle, prenne ses responsabilités au travers de bourses d’études et de règles qui devraient être les mêmes pour tout le monde (on peut ou non recommencer, si oui, combien de fois, à quelles conditions…). »

CHERCHER UN JOB D’ÉTUDIANT

L. L. : Le contrat du jeune étudiant impose-t-il aussi un travail ?
Ph. D. : « C’est un principe, mais chaque CPAS l’interprète un peu à sa manière. Une autre manière pour un jeune de renvoyer l’ascenseur à la société qui lui permet de faire des études pourrait être le volontariat. En effet, un travail d’un mois durant les grandes vacances peut être un vrai handicap pour celui qui passe une seconde session. Mieux ! Les jeunes qui s’en sortent bien pourraient aussi aider un autre jeune, en tant que coach ou ‘grand frère’. J’aimerais qu’on réfléchisse dans ce sens-là, plutôt que d’imposer le mois de travail qui peut être lourd. Ceci dit, le changement de règles du travail étudiant - qui autorise un étalement des heures pendant l’année- permet de fonctionner différemment.
Si le jeune travaille un mois, il ne touche pas de revenu d’intégration. Par contre, si le travail est étalé, le CPAS peut interpréter les règles. Et il y a des interprétations différentes de la même règle. »

COMBIEN ?

L. L. : Quel est le montant d’un revenu d’intégration étudiant ?
Ph. D. : « C’est un revenu d’insertion comme un autre. Si l’étudiant est cohabitant, vit par exemple avec une maman dont les revenus sont tout petits ou qui touche elle-même un revenu d’intégration, il aura 528 € par mois.
S’il est autonome et isolé, il touchera mensuellement 785 € et ses allocations familiales. De quoi s’en sortir plus ou moins bien, en fonction du coût du kot social ou non, d’une bourse éventuelle, de l’aide d’un établissement scolaire… »

L. L. : Peut-il y avoir récupération du revenu d’intégration auprès des parents ?
Ph. D. : « Le CPAS peut estimer qu’il est matériellement et humainement possible que des parents assument financièrement leur enfant. Ce dernier doit alors introduire une demande de pension alimentaire via la justice. S’il n’obtient pas satisfaction, le CPAS peut récupérer lui-même le revenu d’intégration étudiant auprès des parents
Chaque situation est différente. Tout à fait exceptionnellement, il arrive même que, spontanément, des parents remboursent totalement le revenu d’intégration de leur enfant au CPAS ! »

Propos recueillis par Thérèse Jeunejean

EN SAVOIR +

  • L’étude de Philippe Defeyt.
  • L’étude met en évidence des chiffres extrêmement différents selon les communes concernant la mise aux études des 18-25 ans (Exemples : 0 % à Jemeppe-sur-Sambre, 100 % à Ouffet, 50 % à La Louvière, 19 % à Charleroi…). Quatre raisons :
  • Le niveau socioculturel de la population varie très fort d’une commune à l’autre.
  • Un pourcentage important de jeunes qui font des études n’est pas nécessairement positif s’ils aboutissent à des échecs.
  • Il existe des filières d’insertion RI étudiant non reconnues, comme la promotion sociale.
  • Il y a des choix différents d’un CPAS à l’autre, en fonction des conseillers, de leur idéologie, de leur parcours…

MODE D'EMPLOI

Le revenu d'intégration

  1. Comme toute personne qui s’adresse au CPAS en vue d’obtenir un revenu d’intégration : une enquête sociale.
  2. Le travailleur social fait ensuite une proposition de décision au Conseil de l’action sociale (Ce n’est donc pas un travailleur social qui décide quoi que ce soit mais bien les conseillers de l’action sociale).
  3. Ces conseillers sont proposés par les partis politiques, au prorata du poids de leur parti lors des élections communales. Ils sont élus par le Conseil communal. Contrairement au fonctionnement d’une commune où une majorité détient seule le pouvoir de décision, tous les conseillers, qu’ils appartiennent à la majorité ou à l’opposition, pèsent le même poids au Conseil de l’action sociale.
Sur le même sujet

Tu as fini tes études ? Passe par la case ONEM

Alors que le sommet européen annonce la mobilisation de 8 milliards d’euros pour doper l’emploi des jeunes, une préoccupation vous habite : rappeler à votre fils ou à votre fille fraîchement diplômé(e) qui fait la fête et n’a pas vraiment la tête à ça, de s’inscrire le plus vite possible comme chercheur d’emploi. Étape essentielle pour garder ses droits aux allocations familiales, à la mutuelle et aux allocations d’insertion et ce, même si on a décroché un job.

 

Job étudiant et règles fiscales

Votre fille ou votre fils vient de terminer son premier job d’étudiant. Sûr que le salaire touché va vite être dépensé pour un nouveau smartphone, quelques jours de vacances, des fringues ou des places pour un concert. En tant que parent, vous vous demandez si, en 2017, vous pourrez toujours renseigner votre enfant comme personne à charge sur votre déclaration fiscale.